ZOO

Hoka Hey !

couverture de l'album Hoka Hey !

Éditeur : Rue de Sèvres

Scénario : NeyefDessin : Neyef

Collection : Label 619

Genres : Western

Prix : 22.90€

  • ZOO
    note Zoo5.0

    Scénario

    5.0

    Dessin

    5.0
  • note lecteurs4.7
    15 notes pour 2 critiques

Le synopsis de l'album Hoka Hey !

Dès 1850, les jeunes amérindiens étaient internés de force dans des pensionnats catholiques pour les assimiler à la nation américaine. En 1900, la population des natifs en Amérique du Nord avait diminué de 93%. La plupart étaient morts de nouvelles maladies importées par les colons, d'exterminations subventionnés par l'état, et lors des déportations. Georges est un jeune Lakota élevé par le pasteur qui administre sa réserve. Acculturé, le jeune garçon oublie peu à peu ses racines et rêve d'un futur inspiré du modèle américain, en pleine expansion. Il va croiser la route de Little Knife, amérindien froid et violent à la recherche du meurtrier de sa mère. Accompagné de ses deux comparses, celui-ci arrache Georges à sa vie et l'embarque dans son périple. Au fil de leur voyage, l'homme et le garçon vont s'ouvrir l'un à l'autre et trouver ce qui leur est essentiel : l'apaisement de la colère par la transmission de sa culture pour l'un et...

Lire le synopsis

La critique ZOO sur l'album Hoka Hey !

Plus qu’une BD, Hoka Hey ! est un véritable cri de guerre des Indiens d’Amérique. À travers l’histoire de Georges, un jeune Lakota élevé par un pasteur et qu’un trio de rebelles idéalistes va prendre en main, l’auteur Neyef livre une des meilleures bandes dessinées écrite sur le génocide des Indiens. Avec un travail graphique particulièrement pointu sur les jeux de lumière.

Georges est un jeune Lakota élevé par un pasteur qui administre la réserve d’Indiens dans laquelle il est parqué. Au fil du temps, ce petit homme rouge, à qui l’on demande en permanence de renier sa culture indienne, est recueilli par un trio de rebelles qui assassine le pasteur et sa maîtresse. Little Knife, un Irlandais et une Indienne défigurée prennent le jeune garçon sous leur aile. Petit à petit, ils lui apprennent à réapprivoiser sa culture. Georges rêve de devenir médecin. Mais son destin va inexorablement le rattraper.

Hoka Hey !

Hoka Hey !
©Rue de Sevres, 2022

Neyef livre un scénario de très belle facture. Au fil de cette histoire s’étale une palette d’émotions, comme autant de couleurs qui s’affichent sur les visages des Indiens d’Amérique. La narration avance avec la fougue d’un cheval au galop et entraîne le lecteur loin, très loin dans les immenses plaines d’Amérique du Nord où l’on ne distingue plus que des bisons dans l’horizon lointain. Il y a du respect, un code d’honneur dans la façon d’être de ce trio de rebelles. Ils sont certes violents, mais pour remplir la mission qui leur incombe : se libérer du joug des Blancs qui font disparaître les Indiens.

Avec le dessin et les couleurs de Neyef, la grâce n’est pas loin. Son travail sur les jeux de lumière à l’ombre des grands arbres et dans l’immensité des paysages est bluffant. Les émotions qui se dégagent des personnages, tous emplis de charisme, coupent le souffle. Et le soin apporté une nouvelle fois par l’éditeur Rue de Sèvres, dans ce label 619 plein de surprises, embellit d’autant plus l’ensemble : grand format, papier de très belle qualité, reliure toilée ton sur ton avec la gamme de couleurs du contenu de cet album épais.

Hoka Hey ! est donc un peu plus qu’une bande dessinée. C’est à la fois un message politico-historique, une revanche sur un passé sanglant qui fait la honte des États-Unis d’Amérique. Une fiction qui en dit plus long sur la réalité que certains documentaires. À cheval !


La bande annonce sur l'album Hoka Hey !

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (2)

note de la critique de Yansoleil

5.0

Génialissime

Le 13/03/2023 à 15h15

note de la critique de nicholas

3.5

Graphiquement superbe, a priori parfaitement rythmé, il me manque un jeu ne sais quoi pour en faire un album référence dans la catégorie western... Peut-être d'ailleurs est-il trop beau, on ne sent pas assez la crasse, et que les pensées phylosophiques des personnages le sont trop... C'est en revanche un album intéressant car il peut toucher des lecteurs au-delà du cercle restreint des amateurs de westerns.

Le 26/11/2022 à 15h41