ZOO

Le coeur des zobs - Contraception et masculinité (Septembre 2022)

couverture de l'album Le coeur des zobs  - Contraception et masculinité

Éditeur : Dargaud

Scénario : BobikaDessin : Bobika

Collection : Mâtin !

Prix : 19.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

Haut les couilles !

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

3.5

« Merde. J’ai oublié ma pilule. » « T’as une capote ? » La contraception est source de contraintes mais aussi de souffrances. Et elle est encore majoritairement (si ce n’est quasi exclusivement) féminine. Bobika signe un témoignage drôle, attendrissant et instructif. Oui, la contraception testiculaire c’est possible et c’est maintenant !

Tout commence lorsque la petite amie de Bobika, après 15 ans de contraception, lui rappelle que de toute sa vie elle a fabriqué 150 ovules, alors que lui a produit plus d’un million de spermatozoïdes chaque jour. D’un point de vue rationnel, le robinet qu’il faut fermer est celui qui fuit le plus ! Bobika décide de prendre les choses en mains et de se renseigner sur la contraception testiculaire. On suit alors son parcours, ses doutes et ses apprentissages jusqu’à sa contraception réussie.

D’abord publié sous forme de strips sur le compte Instagram @matin_queljournal, Le cœur des zobs est une lecture passionnante. L’histoire de la contraception depuis la préhistoire, les différents moyens de contrôler sa procréation (mécaniques, hormonaux…), les effets secondaires, le regard des autres, le débat public. On apprend énormément avec cet album. On se questionne aussi beaucoup sur le rapport entre contraception et masculinité : pourquoi est-ce que la charge mentale de la fertilité repose sur les femmes ? Comment faire pour l’alléger voire la partager ?

Le cœur des zobs

Le cœur des zobs © Dargaud, 2022

Bobika écrit avec beaucoup de sincérité et de douceur. Il n’a pas peur de se confier sur ses peurs, son questionnement. Il explique notamment qu’il s’est senti humilié la première fois qu’un médecin lui a ausculté les parties génitales. Là où une femme prend souvent rendez-vous chez un gynécologue dès le début de sa vie sexuelle.

Le trait de Bobika, à mi-chemin entre celui de Zep et celui de Riad Sattouf, illustre parfaitement le propos. Amusant, minimaliste mais aussi accessible. Seule la mise en couleur est parfois un peu intense et complique quelquefois la lecture (particulièrement le rose).

La contraception masculine est bien plus qu’une démarche personnelle. C’est un sujet de société. Aux couilles, citoyens !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants