ZOO

40 hommes et 12 fusils - Indochine 1954

couverture de l'album 40 hommes et 12 fusils  - Indochine 1954

Éditeur : Denoël Graphic

Scénario : Marcelino TruongDessin : Marcelino Truong

Collection : Denoël Graphic

Genres : Historique

Prix : 28.90€

  • ZOO
    note Zoo5.0

    Scénario

    5.0

    Dessin

    5.0
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

Le synopsis de l'album 40 hommes et 12 fusils - Indochine 1954

Après Une si jolie petite guerre et Give peace a chance, Marcelino Truong délaisse la guerre du Viêt-Nam pour celle de l'Indochine. Sur les pas de Minh, le jeune peintre qui rêve depuis Hà Nôi de Saint-Germain-des-Prés et de Juliette Gréco, enrôlé malgré lui sans le Viêt-Minh de l'Oncle Hô, un regard inédit sur le conflit qui conduisit à l'humiliante défaite des Français à Ði¿n Biên Ph¿...


La critique ZOO sur l'album 40 hommes et 12 fusils - Indochine 1954


Une histoire bien joliment dessinée et touchante par l’approche choisie de la guerre d’Indochine, toute en nuances, loin des interprétations idéologiques simplistes et des réécritures du passé. Un beau roman graphique.


C’est un ouvrage que l’on referme avec un sentiment de plénitude. Non pas que l’on y ait découvert un récit serein et apaisé, mais parce que l’on a vécu une riche épopée en compagnie de Minh, ce jeune artiste vietnamien de bonne famille que rien ne destinait à devenir un soldat du Viêt Minh.


Marcelino Truong nous a dévoilé son histoire familiale avec Une si jolie petite guerre suivi de Give peace a chance, deux passionnants et très documentés récits ayant pour cadre la guerre du Vietnam et ses conséquences pour sa famille.

40 hommes et 12 fusils

40 Hommes et 12 Fusils
© Denoël Graphic, 2022


Cette fois, l’auteur éclairé s’intéresse à la guerre d’Indochine, sur ses derniers mois (1953-54). Cette fois, ce n’est pas lui le personnage principal, il est trop jeune pour avoir connu cette période. Minh est un jeune habitant de Hanoï, aspirant artiste, rêvant de Paris, épris de liberté et amoureux de la charmante Lan. Pour lui éviter d’avoir à rejoindre l’armée qui combat les troupes d’Ho Chi Minh, son père l’envoie surveiller ses terres en province. Mal lui en a pris, car Minh se retrouve enrôlé contre son gré dans les forces de « l’oncle Ho ». Après une formation très intense en Chine, Minh est envoyé près de Diên Biên Phu où ses talents d’artiste sont mis au service de la propagande communiste. Le jeune homme se lie avec d’autres soldats, issus d’horizons bien différents du sien. L’occasion de mieux comprendre les aspirations de chacun, les dérives du Viêt Minh, la réalité d’un pays.


Le graphisme est à la fois simple, soigné et très esthétique. Les planches sont en bichromie, avec un lavis parfois réhaussé discrètement de rouge. De temps en temps, de belles cases pleine page en couleurs éclairent le récit. Le dessin élégant de Truong met également en valeur les visages des personnages, pour nous partager au mieux leurs émotions.


Une vraie leçon de vie, portée par l’humanisme de Marcelino Truong. L’expression « roman graphique » prend ici tout son sens.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants