ZOO

Des Lilas à Belleville (Novembre 2022)

couverture de l'album Des Lilas à Belleville

Éditeur : Dargaud

Scénario : Ralph Meyer, Eddy Mitchell

Prix : 19.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Aidé des belles illustrations de Ralph Meyer, Eddy Mitchell nous raconte ses 14 ans, quand dans le Belleville de la fin des années 50, sans le sou, il rêvait de grandir, accompagné du cinéma hollywoodien et des BD belges ou américaines.

Le héros de cette nouvelle, adaptée d’un roman d'Eddy Mitchell publié en 1994, s’appelle P’tit Claude. Rappelons que vrai nom du chanteur est Claude Moine. P’tit Claude, comme lui, a grandi dans les quartiers populaires des hauteurs de Belleville, dans les années 50. Autant dire qu’il s’agit d’un récit autobiographique.

Eddy Mitchell rassemble de manière imagée ses souvenirs de jeunesse au service d’une tranche de vie. La vie ouvrière n’était pas rose, et le menu des fins de mois n’était pas forcément alléchant. Mais le cinéma américain rythmait la vie de p’tit Claude, à condition que les places ne soient pas trop chères. Il a 14 ans, aussi les filles l’intéressent. Mais comment en séduire une, sans argent pour frimer ? Fricoter avec des voyous, faire un « coup facile ». P’tit Claude flirte avec la délinquance. Mais ce qui frappe surtout dans ce court récit, c’est la complicité qui le lie à son père, amateur comme lui d’illustrés (Spirou, Tintin, Prince Vaillant...) et de westerns. On pense bien sûr à l’émission La Dernière Séance et à la chanson éponyme.

Des lilas à Belleville

Des lilas à Belleville
©Dargaud, 2022

Cette nostalgie d’une époque non édulcorée pour autant, Ralph Meyer l’illustre joliment d’une vingtaine de dessins, dans un style plus « ligne claire » de celui qu’il utilise en BD. Selon la pagination, on lit d’abord la description d’Eddy Mitchell avant de découvrir la représentation qu’en a fait Meyer, ou l’inverse. Dans les deux cas, la confrontation avec ce que l’on avait spontanément imaginé en lisant le texte / regardant l’image est intéressante. Quand Eddy Mitchell décrit des dessins vulgaires de foire avec Marylin Monroe et Sofia Loren, Ralph Meyer représente toutefois les actrices de manière fort élégante. Difficile de lutter contre son talent !

Un voyage plaisant mais non complaisant dans le Paris populaire des années 50. Une courte balade qu’on aurait souhaitée un peu plus longue, voire carrément adaptée en bande dessinée.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants