ZOO

Surface (Octobre 2022)

couverture de l'album Surface

Éditeur : Michel Lafon

Scénario : Luc Brahy, Matz, Olivier Norek

Prix : 24.95€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La femme qui ne rit pas

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

3.5

« Ici, personne ne veut plus de cette capitaine de police. Là-bas, personne ne veut de son enquête. » Noémie a été défigurée en service. Ses supérieurs l’écartent : une officier brisée ça fait mauvaise presse. Dans le trou perdu où elle a été exilée, on découvre le corps d’un enfant disparu il y a 25 ans. La vérité finira par refaire surface... Un polar bien ficelé aux embranchements sinueux.

Elle était un des meilleurs éléments des Stups de la région parisienne. Mais depuis qu’une balle lui a arraché la moitié du visage, Noémie Chastain n’est plus que l’ombre d’elle-même. Son amant la quitte, son équipe est dirigée par quelqu’un d’autre et ses supérieurs l’envoient en Aveyron. Sa mission ? Déterminez si le petit commissariat de campagne vaut la peine d’être conservé. Solitaire et meurtrie, elle veut absolument rentrer à Paris et quitter cette ennuyeuse cambrousse. Jusqu’au jour où un fût de plastique refait surface. Le corps d’un enfant y est retrouvé. 25 ans plus tôt, à la place du lac, se trouvait l’ancien village d’Avalone. Bien des secrets y ont été engloutis…

Surface est l’adaptation de l’excellent roman du même nom d’Olivier Norek. La BD reprend fidèlement la sombre affaire imaginée par le romancier et son très bon personnage principal : une policière défigurée mais indestructible. Matz parvient à extraire l’essence du roman et à nous faire naviguer avec aisance dans une enquête pourtant bourrée de rebondissements, d’indices et de protagonistes. Quelques dialogues et personnages sentent bon les séries américaines brutes de décoffrage sans tomber non plus dans l’archétype ridicule.

Surface

Surface
© Michel Lafon, 2022

Luc Brahy, de son trait semi-réaliste, nous entraine dans de petits villages aveyronnais entre superbes paysages reculés et trognes de locaux patibulaires. Ses cadrages s’adaptent à merveille avec les situations, qu’il s’agisse d’un moment solennel, d’une confrontation tendue ou d’une découverte dramatique. On peut seulement regretter que Noémie soit encore une « trop » jolie femme, à la peau relativement lisse : ce qui contraste avec les moqueries de certains protagonistes et la soi-disant gravité de sa blessure au visage. La très belle couverture révèle les tons utilisés dans l’album par Antoine Kompf, avec des couleurs tranchées et une patine texturée.

Un bon polar dont l’énigme lacustre ne cesse de nous surprendre jusqu’à sa résolution.

Surface

Surface
© Michel Lafon, 2022

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants