ZOO

Agata - T1 : Le syndicat du crime (Janvier 2019)

couverture de l'album Le syndicat du crime

Série : AgataTome : 1/1Éditeur : Glénat BD

Scénario : Olivier BerlionDessin : Olivier Berlion

Genres : Polar / Thriller

Public : À partir de 12 ans

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO Le Mag

Note ZOO Le Mag 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Agata Lietewski, 19 ans, quitte la Pologne pour les États-Unis en 1931. Aidée par son oncle habitant Chicago, elle commence une nouvelle vie. Son pays d'accueil, lui, est en proie à la mafia et à la guerre entre les différentes familles qui la composent. Les routes du syndicat du crime et de la jeune immigrée vont se croiser pour mettre en scène un bout d'histoire américaine avec talent.

Fin 1929, la guerre fratricide de la mafia fait rage à New York. Lucky Luciano, alors second couteau, est contraint de trahir son parrain au profit d'une autre famille qui va finir par régner sur tous les clans siciliens. Peu après, Agata débarque à Ellis Island avec des centaines d'autres migrants. Son oncle de Chicago est simplement venu la récupérer pour lui offrir un nouveau départ dans ce pays plein de promesses...

Au départ, on peut craindre de s'ennuyer avec cette énième œuvre sur l'Amérique des années 30. Mais avec sa fresque peinte de romantisme et de sang, Olivier Berlion livre un superbe tableau qu’on sent ultra-documenté. D'abord, l’Amérique de la Prohibition qui s'offre à nous, avec la montée en puissance de la mafia, ses luttes intestines, la corruption, les marchés publics truqués et l'éradication de la concurrence par la force... Ensuite le rêve américain, espoir de millions d'immigrants qui viennent y chercher une vie meilleure, une promesse de réussite. Deux faces d’une même réalité qui transcrivent parfaitement une époque américaine emblématique et romanesque.

Réaliste dans ses décors, le trait dynamique immerge immédiatement dans cette Amérique fantasmée des années 30. Au cœur de ce décorum se meuvent des protagonistes particulièrement denses, qui créent l’empathie dès leur arrivée.

Agata nous entraîne aisément dans une Amérique qu’on croyait pourtant avoir trop explorée pour qu’elle passionne à nouveau.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants