ZOO

Amours fragiles - T6 : L'Armée indigne

couverture de l'album L'Armée indigne

Série : Amours fragilesTome : 6/7Éditeur : Casterman

Scénario : Philippe RichelleColoriste : Jean-Michel Beuriot

Collection : Univers d'auteurs

Genres : Historique, Sentimental

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

4.0

Peut-on encore porter un regard neuf sur la Seconde Guerre mondiale et ses prémices ? De l’irrésistible ascension du nazisme à l’occupation allemande après la défaite française, de la collaboration et de l’antisémitisme actif à la résistance, le regard acéré que porte le tandem Richelle-Beuriot répond affirmativement à cette question.

Le lieutenant Martin Mahner, affecté en premier lieu à Paris, puis sur la côte d’Azur, a longtemps redouté d’être appelé sur le front de l’Est où l’armée allemande a subi de lourds revers face à l’Armée rouge, notamment à Stalingrad. Dans ce sixième tome, il n’échappera pas aux zones de combat et se retrouvera dans un premier temps en Ukraine, derrière la ligne de front qui s’ébranle sous les assauts des Russes, plus aguerris aux rigueurs hivernales.

Cette vaste fresque historique, démarrée dans les pages du feu mensuel (A suivre) en 1997 est prévue sur dix tomes. Il aura tout de même fallu attendre 2001 pour que Casterman publie le premier épisode. Philippe Richelle nous narre le parcours d’un jeune Allemand, qui ne partage pas l’idéologie dominante depuis la montée du nazisme en 1932, et ses amours contrariées avec Katarina, une jeune femme juive de sa génération qu’il retrouvera à Paris.

Une approche originale de cette époque, tant de fois abordée en littérature et à l’écran, où s’entrecroise toute une galerie de personnages dont nous suivons les tragiques destinées de gens ordinaires broyés par l’Histoire en marche. A l’instar d’un Jacques Ferrandez avec ses Carnets d’Orient, Richelle s’affirme comme un véritable historien « spécialiste » de cette période troublée qu’il a également abordée avec son autre fidèle complice, Pierre Wachs, dans leur diptyque Opération vent printanier.

Le trait précis et la réalisation bien documentée de Jean-Michel Beuriot contribue largement à la réussite de cette série, un des meilleurs albums publiés en cette année 2013. Seul reproche que l’on peut leur adresser : un délai de plus de deux ans entre chaque nouvel épisode.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants