ZOO

Arsène Lupin, Les Origines - T2 : Le Dernier des Romains (Avril 2015)

couverture de l'album Le Dernier des Romains

Série : Arsène Lupin, Les OriginesTome : 2/3Éditeur : Rue de Sèvres

Scénario : Benoît Abtey, Pierre DeschodtDessin : Christophe GaultierColoriste : Marie Galopin

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 13.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.5

Dessin

3.0

Malgré sa gentillesse, Arsène Lupin ne se fait pas que des amis, surtout quand il s’agit de conquérir le cœur d’une belle jeune fille. Un point commun qu’il partage avec son père adoptif dans cet album au rythme ultra rapide et un peu expéditif.

Désormais âgé de 17 ans, le jeune Arsène Lupin continue de parfaire son éducation dans la prestigieuse école de la Croix, toujours accompagné de ses deux meilleurs amis. Leur amitié va pourtant se briser lorsqu’il faudra gagner la main de la belle Athéna. Parallèlement son père adoptif le comte de La Marche semble avoir trouvé l’élue de son cœur mais certains ne voient pas d’un très bon œil l’arrivée de cette femme au château.

Parmi toutes ces intrigues qui se mêlent, difficile de s’y retrouver d’autant plus que le rythme est très rapide et le découpage extrêmement concis. L’ellipse est en effet le maître mot de cet album qui ne s’encombre pas de transitions et nous laisse parfois sur notre faim. Si le suspense et l’action sont mis au premier plan, c’est malheureusement au détriment des relations entre les personnages et à leur psychologie trop peu développée. Toutefois Benoît Abtey et Pierre Deschodt parviennent à mettre en place une intrigue prenante en nous révélant juste ce qu’il faut pour attiser notre curiosité.

Le dessin continue de se marier parfaitement à l’atmosphère. Christophe Gaultier parvient avec aisance à passer d’une histoire à une autre, facilitant même la compréhension grâce à ses grandes cases de paysage ou de vue d’ensemble qui redéfinissent le contexte. Le dessin complète bien le scénario elliptique, aidant à la lecture de l’album.

Ce deuxième tome de la jeunesse d’Arsène Lupin gagne en dynamisme mais perd en profondeur nous emmenant trop rapidement vers une intrigue qui, plus développée, aurait pu nous délecter...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants