ZOO

Arsène Lupin, Les Origines - T3 : Il faut mourir ! (Janvier 2016)

couverture de l'album Il faut mourir !

Série : Arsène Lupin, Les OriginesTome : 3/3Éditeur : Rue de Sèvres

Scénario : Benoît Abtey, Pierre DeschodtDessin : Christophe GaultierColoriste : Marie Galopin

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 13.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.5

Suite et fin des aventures du jeune Arsène Lupin qui a encore de nombreux défis à relever avant de devenir le prince des voleurs. Une fin de série qui offre un dénouement bien pensé mais sans surprise.

La vie n’a pas toujours été tendre avec Arsène Lupin qui malgré une loyauté à toute épreuve ne cesse de s’attirer des ennuis. Après avoir échappé à la pension et trouvé en Perceval de La Marche un père adoptif, c’est auprès de ses deux amis, Béranger et Arès que le jeune homme continue de forger son fort caractère lors de multiples défis. Mais leur belle entente est contrariée lorsque la sœur d’Arès fait son apparition, faisant d’Arsène et Béranger les pires rivaux. Ce dernier, soutenu par le mystérieux professeur Sainte-Mérande, va alors dévoiler son vrai visage...

Arsène Lupin, Les origines T.3

Les différentes intrigues se recoupent enfin dans ce dernier tome qui met peu à peu le lecteur sur la voie. Toutefois ces différentes situations ainsi que les personnages auraient mérité d’être plus développés. L’intrigue pourtant bien ficelée manque de profondeur, donnant l’impression d’un enchaînement de situations trop rapide qui dessert finalement un dénouement bien pensé.

Le dessin, grâce à son trait crayonné donne du mouvement à l’histoire suivant le rythme soutenu de l’intrigue. Le choix des couleurs, des décors et des personnages colle parfaitement à l’époque et à l’atmosphère.

Une fin de série réussie grâce à un dénouement audacieux malgré une intrigue parfois précipitée. Arsène Lupin, Les Origines prouve tout de même que le personnage n’a pas fini de fasciner !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants