ZOO

Bjorn le Morphir - T2 : Dans l'Enfer des Enfers (Janvier 2015)

couverture de l'album Dans l'Enfer des Enfers

Série : Bjorn le MorphirTome : 2/5Éditeur : Rue de Sèvres

Scénario : Thomas LavacheryDessin : Thomas GilbertColoriste : Thomas Gilbert

Genres : Heroic fantasy

Public : De 9 à 17 ans

Prix : 14.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

5.0

Après avoir bravé l’hiver, Björn n’est pas au bout de ses peines dans l’album Dans l’enfer des enfers, deuxième tome de ses aventures adaptées du roman de Thomas Lavachery. Flanqué de Sigrid, ainsi que de Ketill et Svartog, deux cavaliers à loyauté sans borne, le petit entame une descente aux enfers. Une suite rocambolesque de la série qui parvient à s’installer malgré les contraintes de l’exercice d’adaptation.

La nouvelle concernant Björn et ses pouvoirs n’a pas tardé à venir aux oreilles du roi Harald. Ce dernier, fatigué par son long règne, songe à sa succession, mais refuse de céder le trône au prince sanguinaire Dar. Il confie donc au petit Viking une mission de taille : libérer son autre fils Sven prisonnier de Mamafidjar, reine des enfers !

Ce second tome de la saga nordique marque un nouveau tournant. Pendant que Björn s’endurcit face aux dilemmes et obstacles, sa dulcinée, Sigrid, prend une place importante dans l’histoire. Le scénario a su mettre en avant sa malice et sa férocité, qui font d’elle un personnage moteur. Dommage que les contraintes du format brouillent certains passages clés de l’histoire, empêchant le jeune public de suivre l’évolution des adolescents !

Thomas Gilbert parvient toutefois à soutenir la cadence de son coup de crayon magistral. Le dessinateur fait voyager le lecteur à travers une variété d’écosystèmes, entre magmas en fusion, la banquise et les forêts tropicales. Le tout accompagné d’un cortège de créatures fascinantes tout droit puisées dans la mythologie nordique. Multipliant les techniques, l’artiste n’hésite pas à troquer son stylet graphique contre un crayon de couleur, afin de saisir les monologues poétiques de Ketill.

Un délice visuel qui dévoile l’étendu de sa palette au trait dynamique et aux couleurs éclatantes tout en suivant la progression de la série tirée du roman de Thomas Lavachery !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants