ZOO

Blake et Mortimer - T25 : La Vallée des Immortels - Tome 1

couverture de l'album La Vallée des Immortels - Tome 1

Série : Blake et MortimerTome : 25/25Éditeur : Dargaud

Scénario : Yves SenteDessin : Teun Berserik, Peter Van DongenColoriste : Peter Van Dongen

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 15.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 3.5

Scénario

3.0

Dessin

4.5

Blake et Mortimer partent pour une nouvelle aventure en diptyque. Situé chronologiquement juste après Le Secret de l’Espadon, ce récit d'Yves Sente, illustré par Teun Berserik et Peter Van Dongen se déroule au moment de l’anéantissement du palais du dictateur Basam-Damdu. Malgré des longueurs, cet album respecte parfaitement l’univers de Jacobs et son atmosphère mystérieuse.

Des Chinois nationalistes tentent de mettre des trésors impériaux en sécurité sur l’île de Taïwan pour qu’ils échappent aux communistes de Mao. Pendant le transport, l’un des navires échoue aux mains des pirates. Pendant ce temps, à Taïwan, l’archéologue Sun-Yi-Sun découvre un incroyable parchemin dans une statuette brisée. Cet écrit est un manuscrit du premier empereur chinois et, s’il tombait entre de mauvaises mains, permettrait d’asseoir la légitimité du Seigneur de la guerre Xi-Lin. La statuette contenant le deuxième parchemin est malheureusement tombée aux mains des pirates.

Yves Sente situe intelligemment son scénario à la suite du Secret de l’Espadon, sans doute l’une des meilleures aventures de la série, exploitant la même veine fondée sur la politique et l’espionnage. Le scénario habilement construit reconstitue de l’ambiance du Hong Kong des années 1950 de manière très convaincante. Malheureusement, l’intrigue est aussi très lente à se développer et parfois excessivement verbeuse, même selon les critères de la saga.

Le dessin de Berserik et Van Dongen révèle un travail absolument remarquable de reproduction du trait de Jacobs. Le style original est respecté, tant du point de vue des personnages que des décors ou du découpage. Notons également le clin d’œil à Hergé avec le pousse-pousse en couverture qui rappelle bien évidemment l’album Le Lotus bleu.

Ce premier tome du diptyque est avant tout une introduction, un peu trop longue à se mettre en place. Mais il brille par son parfait respect de l’univers de Jacobs et laisse augurer un deuxième volet plus dynamique.

Pour aller plus loin

Gagnez des billets BD collector !
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants