ZOO

Bleak - T1 : 3 histoires d'horreur (Mars 2022)

couverture de l'album 3 histoires d'horreur

Série : BleakTome : 1/1Éditeur : Omaké

Scénario : Luciole, Squeezie, Guillaume NatasDessin : Collectif, Diane Fayolle

Public : De 3 à 15 ans

Prix : 14.90€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

5.0

Dessin

4.0

Des threads horreur inédits de Squeezie en bande dessinée, c’est bon pour vous ? Le youtubeur nous offre trois histoires bien dosées, avec chacune leur univers et leur style graphique bien à elles, mais toutes avec une fin abrupte et inattendue. Une petite bulle familière pour les ados qui aiment jouer à se faire peur !

Pour préserver le mystère, disons simplement que les histoires impliquent dissimulation, métamorphose et double-jeu… Cette mécanique est habituellement peu utilisée dans ses vidéos, et a pour cadre un baby-sitting suspect, un parc d’attractions un peu trop parfait et une colonie de vacances qui perd ses vacanciers beaucoup trop vite…

Bleak est un véritable concept transmédia. À l’origine une bande dessinée lancée sur Bleakproject.com avec de nombreux goodies à gagner, elle fait partie d’un projet encore plus élaboré, avec des histoires plus longues en bande dessinée, mais aussi des threads horreur IRL et d’autres supports à venir. Les scénarios fonctionnent très bien. Percutants, ils reposent tous sur un retournement de situation glaçant et obligent à reconsidérer tous les indices laissés depuis le début. L’horreur s’immisce bien plus facilement et insidieusement dans des endroits communs où l’on amuse que dans des lieux par nature inquiétants. Un petit hommage aux films d’horreur est pourtant présent, avec une référence évidente à Destination finale et une plus discrète aux Jason.

Bleak - 3 Histoires d'horreur

Bleak - 3 Histoires d'horreur
© Link Digital Spirit, 2022

Le graphisme, quant à lui, est pensé pour être proche du lectorat, plutôt jeune ou ado. Innocent et rond pour le baby-sitting, le style se fait jeux d’ombres et de lumières pour la fête foraine, pour devenir faussement bon enfant pour la colonie de vacances. Le décalage entre le dessin et l’histoire crée le malaise, qui est appuyé par les grandes cases créant le suspense.

On attend avec plaisir le deuxième tome pour voir si les futures histoires permettent aux lecteurs de se plonger davantage dans l’ambiance, dans la lignée des Chair de poule si connus.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants