ZOO

Castor-Têtu : Fleur-de-Cactus et Castor-Têtu

couverture de l'album Fleur-de-Cactus et Castor-Têtu

Série : Castor-TêtuÉditeur : L'école des loisirs

Scénario : Jean LeroyDessin : Audrey Poussier

Collection : Albums

Genres : Aventure

Public : De 3 à 8 ans

Prix : 12.20€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.5

Dessin

2.5

Castor-Têtu est de retour, à la recherche de la squaw idéale. À la place, il trouve une petite effrontée qu’il va apprendre à apprécier... Un album léger pour essayer de réfléchir au-delà des clichés.

Avec sa plume d’aigle et sa monture, Castor-Têtu a désormais presque toute la panoplie du parfait petit Indien. Il lui manque juste la squaw idéale, celle qui fait à manger, lave le linge, ramasse du bois, s’occupe des poules et nettoie le tipi. Il en connaît bien une comme ça, mais elle est déjà mariée à son papa ! Alors pour trouver la sienne, Castor-Têtu se rend à la rivière.

Mais au milieu de toutes les fillettes affairées à la lessive, il aperçoit Fleur-de-Cactus, fort occupée à pêcher, et se permet de lui rappeler ses devoirs de squaw... Avant que cette dernière lui fasse fermer son clapet ! Elle fait bien ce qui lui plaît, non mais ! D’abord décontenancé, Castor-Têtu se laisse entraîner et passe une merveilleuse journée... Et si la squaw idéale était cette petite fille pleine de caractère ?

La nouvelle aventure du petit Indien prend le contre-pied des habituels clichés de genre. Non, une petite fille n’est pas qu’une future ménagère en puissance, éduquée pour devenir petite fée au foyer. L’intention est louable, mais il est regrettable qu’elle n’aille pas plus loin... Car finalement, seule Fleur-de-Cactus sort du carcan imposé, faisant d’elle l’exception.

La révélation de Castor-Têtu, c’est d’avoir trouvé une copine plus rigolote que les autres : pour la réelle prise de conscience féministe, on repassera. Mais l’album pourra décomplexer les lectrices qui n’acceptent pas de se laisser commander, à la récré, par leurs égaux masculins.

Reste un imaginaire amérindien qui fait toujours rêver, ainsi qu’un dessin, ligne claire classique et efficace, qu’on apprécie pour sa simplicité et sa grande lisibilité. Rien de bien plus transcendant pour cette fois, malheureusement...

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants