ZOO

Centaurus - T1 : Centaurus T.1 Terre Promise (Mars 2015)

couverture de l'album Centaurus T.1 Terre Promise

Série : CentaurusTome : 1/5Éditeur : Delcourt

Scénario : Léo, RodolpheDessin : Zoran Janjetov

Collection : Néopolis

Genres : Science-Fiction

Public : À partir de 12 ans

Prix : 11.99€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

Vingt générations après avoir quitté la Terre, le vaisseau-monde arrive près de sa destination, une planète près de l’étoile Proxima Centaurus. Un petit groupe soigneusement choisi est envoyé sur cette planète pour en savoir plus sur les constructions aperçues par satellite. C’est le début en douceur d’une exploration qui devrait tenir toutes ses promesses.

Cette nouvelle série de Rodolphe et Léo s’ouvre avec la découverte d’une nouvelle planète. Vera, c’est son nom, sera le refuge de l’humanité qui a fini de déglinguer la Terre. Dans ce scénario, rien de bien nouveau : un vaisseau-planète avec peut-être un peu trop peu d’êtres à son bord arrive au terme de son voyage de 400 ans. Un petit groupe part explorer ce qui pourrait être la nouvelle maison de l’humanité.

L’ensemble est assaisonné d’un peu de surnaturel avec des jumelles aux pouvoirs particuliers et de suspense. Tout est là, même les caractères un peu trop appuyés voire caricaturaux des personnages du groupe d’exploration. Malgré quelques invraisemblances, on se prend au jeu, car l’ensemble est parfaitement orchestré et pimenté. Le récit annonce une intrigue de plus en plus dense, qui happera de plus en plus le lecteur grâce à sa belle mécanique. La construction n’est pas sans rappeler de vieux films d’aventure où le suspense augmente peu à peu pour finir en apothéose.

Le dessin de Zoran Janjetov, très hachuré frappe au début de la lecture. Ces effets s’estompent pour laisser la place à un dessin plus clair, plus simple et diablement efficace. Les vaisseaux et les différents éléments d’architecture particulièrement réussis compensent les personnages moins denses.

Ce premier tome ne bouscule pas le genre de la science-fiction mais plait par sa maîtrise parfaite.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants