ZOO

Chroniques de Roncevaux - T2 : Munjoie ! (Avril 2022)

couverture de l'album Munjoie !

Série : Chroniques de RoncevauxTome : 2/2Éditeur : Glénat BD

Scénario : Juan Luis LandaDessin : Juan Luis Landa

Collection : 24x32

Genres : Historique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Munjoie c’est le cri de guerre des Francs partis à l’assaut de la ville de Saragosse tenue par les Sarrasins en 778 sous le commandement de Charlemagne. Dans ce second volet, Juan Luis Landa nous conte comment la cité ibérique a résisté, obligeant Charlemagne, au prix d’énormes pertes humaines, à renoncer à son projet, profondément humilié par cet échec.

En voulant imposer la foi chrétienne au-delà des Pyrénées où les Sarrasins se sont installés durablement après avoir été repoussés à Poitiers par Charles Martel, Charlemagne se heurte aux murailles d’une cité imprenable. En dépit de plusieurs tentatives d’assaut infructueuses, il se voit contraint d’entreprendre un siège qui s’éternise. Il finit par renoncer à son projet et, durant le retour vers les terres aquitaines il s’attaque à la cité de Pampelune qu’il met à sac. Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les Sarrasins qui se sont attaqués aux Francs sur leur chemin de repli à Roncevaux, mais les Vascons et les Jentils, ethnies ancêtres des basques.

Chroniques de Roncevaux T.2 Munjoie !

Chroniques de Roncevaux T.2 Munjoie !
© Glénat, 2022

Ainsi, en abordant la chanson de geste de Roland, Juan Luis Landa en profite pour égratigner la figure mythique de Charlemagne, dressant de lui un portrait peu flatteur. Son scénario déroule cet épisode de manière scrupuleuse, sans jamais négliger le moindre personnage dans l’entourage immédiat du futur empereur des Francs qui n’hésite pas à s’investir au péril de sa vie au cœur des nombreuses batailles. Sa mise en scène par une mise en page, un dessin et un découpage virtuoses de la première à la dernière planche, achèvent de rendre ce diptyque incontournable.

Révélé par la série Arthus Trivium, hélas inachevée faute de ne pas avoir trouvé le public qu’elle était en droit d’attendre, on s’étonne que le travail de Landa n’ait pas davantage intéressé l’édition française. Puissent ces Chroniques de Roncevaux lui apporter le succès public qu’il est en droit d’attendre.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants