ZOO

Conquêtes - T3 : Decornum (Mai 2019)

couverture de l'album Decornum

Série : ConquêtesTome : 3/3Éditeur : Delcourt

Scénario : Nicolas JarryDessin : Stéphane CrétyColoriste : Olivier Héban

Genres : Science-Fiction

Public : Tout public

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.5

Dessin

4.5

Troisième escadre humaine partie à la recherche d’une nouvelle Terre, la flotte japonaise arrive à Decornum. Planète semblable, sur le papier en tout cas, à un pays de cocagne. Tout y est propice à la vie humaine au sein de la nature. Mais voilà, une minorité d’autochtones particulièrement reliée à la planète empêche les humains de conquérir ce paradis pour un récit tout en tension.

Keito, sa capitaine Atsuka et deux coéquipières montent une embuscade contre les « dominants », c’est-à-dire les autochtones qui résistent à l’arrivée des humains. Le choc est terrible et les Terriens manquent de peu d’être battus malgré leur technologie avancée. De retour sur le vaisseau spatial, Keito et Atsuka discutent de la nécessité de trouver le lien entre les dominants et la planète pour comprendre leur combat.

Dans ce troisième opus de Conquêtes, le nœud de l’intrigue ne surprend pas vraiment le lecteur qui a suivi le début de la série pour développer de manière différente les thèmes des relations humaines ou des méthodes de conquêtes. Mais le coup de théâtre orchestré par Nicolas Jarry surgit au moment où l’on s’y attend le moins pour délivrer un message efficace et fort.

Le dessin dynamique et foisonnant de Stéphane Créty rend efficacement la chaleur de la planète et la rudesse des combats. Elle contraste avec la froideur de l’espace et de l’architecture purement utilitaire des vaisseaux soulignée par une palette presque glacée concoctée par Olivier Héban.

Decornum et son retournement de situation met un grand coup de boost à Conquêtes, ne faisant pas craindre de ronron pour la suite de la série.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants