ZOO

Contrapaso - T1 : Les enfants des autres (Avril 2021)

couverture de l'album Les enfants des autres

Série : ContrapasoTome : 1/1Éditeur : Dupuis

Scénario : Teresa ValeroDessin : Teresa Valero

Collection : Grand Public

Genres : Aventure, Polar / Thriller

Prix : 23.00€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

5.0

Dessin

3.5

L’histoire démarre à Madrid en février 1956. La dictature franquiste est solidement enracinée et la presse est muselée. Teresa Valero signe, avec ce premier tome, un polar d’une extrême noirceur sans lésiner sur le moindre détail pour rendre l’ambiance de cette période aussi crédible que possible.

Léon Lenoir, d’ascendance espagnole, décide de quitter la prestigieuse rédaction parisienne de l’Express, pour venir travailler pour le journal La Capitale. Il y fera ses premiers pas dans le sillage d’Emilio Sanz, un des piliers de ce quotidien madrilène. Son arrivée coïncide avec la découverte du cadavre scarifié d’une femme, retrouvé au bord d’un fleuve. Léon va s’installer chez un oncle, un officier totalement acquis au régime franquiste. En fait, il espère aussi y retrouver sa cousine Paloma, son amour d’enfance.


Les enquêteurs ont le besoin de vérité chevillé au corps

Les enquêteurs ont le besoin de vérité chevillé au corps
© Dupuis

Tout en essayant de se faire accepter par Emilio, qui ne lui facilite guère la tâche, il va participer activement à l’enquête autour de ce crime qui va les entraîner dans les milieux hospitaliers et médicaux. Les effets de la guerre civile ont ouvert la porte à des trafics insoupçonnés. On comprend très vite que l’intrigue policière n’est qu’un prétexte pour ausculter les plaies de la société espagnole laissées par la lutte fratricide qui a déchiré le pays.


Les héros remontent la piste d'un meurtre

Les héros remontent la piste d'un meurtre
© Dupuis


Scénariste accomplie, Teresa Valero développe son récit avec une maîtrise exemplaire, brassant et développant une multitude de personnages, tous parfaitement caractérisés. Chacun d’entre eux essaye de tirer le meilleur parti de la situation socio-politique dans laquelle ils évoluent. On baigne dans un climat paranoïaque sur fond de drames, rancœurs et autres secrets de famille que l’on peine tant à dissimuler. Son dessin semi-réaliste, superbement documenté, restitue l’ambiance de ces années noires avec un soin méticuleux, ainsi qu’en témoigne sa postface qui revient sur la genèse de ce beau pavé que constitue cette première partie plus qu’enthousiasmante.


Un polar au milieu de la dictature espagnole

Un polar au milieu de la dictature espagnole
© Dupuis


Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants