ZOO

Cyberwar - T3 : Thuy Diêm (Avril 2021)

couverture de l'album Thuy Diêm

Série : CyberwarTome : 3/3Éditeur : Delcourt

Scénario : Daniel Pecqueur, DenysColoriste : Jean-Paul Fernandez

Collection : Néopolis

Genres : Polar / Thriller

Prix : 14.50€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.0

Scénario

2.0

Dessin

2.0

Les parcours de Jack, Nora et Lancaster à travers les USA en plein chaos continuent. Guerre civile, pillages, survie et espionnage sont au programme dans un récit sur plusieurs points de vue. Un scénario catastrophe qui prend fin sur ce troisième acte.

Le titre de cette série en trois épisodes ne saurait-être plus explicite. Cyberwar raconte la descente aux enfers des USA à la suite d’une attaque informatique. Réseaux informatiques paralysés, coupure de courant généralisée et organismes de maintien de l’ordre neutralisés : le chaos est sur tous les plans. Au milieu de cet enfer, les parcours séparés de deux civils, Jack et Nora, rivalisent en nombre de mésaventures.

Mais c’est le parcours international de Lancaster, agent de la CIA chargé de retrouver la trace des hackers responsables du chaos causé sur son pays qui va se révéler le plus haletant. Espionnage, tortures et interrogatoires musclés aux quatre coins du monde sont au programme.


L'agent Lancaster poursuit son enquête dans une Amérique en proie au chaos

L'agent Lancaster poursuit son enquête dans une Amérique en proie au chaos
© Delcourt


Ce scénario catastrophe pourrait être fascinant à lire si le texte était plus inspiré. Daniel Pecqueur se contente trop de dialogues explicatifs sans intérêt qui ne font que paraphraser ce que les dessins suffisent à nous faire comprendre. Cette manie à faire commenter chaque personnage de chacun de ses actes tourne jusqu’à l’absurde lorsqu’un individu explique à son adversaire sa stratégie pour l’affronter. Les dialogues en deviennent impersonnels et infantilisants à la lecture.

Le dessin de Denys peine également à relever le niveau. Si les scènes de courses-poursuites ou de fusillades réussissent à faire ressortir un dynamisme haletant dans le mouvement, les visages des personnages demeurent la plupart du temps minimalistes. Les traits faciaux sont très simples et manquent d’expressivité.

Le graphisme se révèle plus inspiré sur certains décors ou éléments. Un bateau, une voiture ou les reflets d’une lueur sur l’eau se révèlent plus réussis que les personnages. La mise en couleur de Fernandez est sur ce point très efficace et réussit certaines fulgurances lors des phases nocturnes.

Les amoureux des films catastrophes hollywoodiens et de séries comme 24 Heures Chrono pourront peut-être trouver leur bonheur. Les lecteurs friands d’originalité ou d’effort graphique devront se contenter des très belles couvertures de Nicolas Siner.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants