ZOO

Des Lumières dans la nuit - T2 : Hicotea (Mai 2019)

couverture de l'album Hicotea

Série : Des Lumières dans la nuitTome : 2/2Éditeur : Vents d'Ouest

Scénario : Lorena Alvarez GomezDessin : Lorena Alvarez Gomez

Collection : Jeunesse

Genres : Aventure, Fantastique

Public : À partir de 9 ans

Prix : 14.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Deuxième tome des Lumières dans la nuit, série créée par Lorena Alvarez Gomez, jeune autrice colombienne, Hicotea contient à nouveau une histoire originale et onirique servie par un dessin et des couleurs splendides.

La jeune Sandy participe à une sortie scolaire au bord d’un étang. Elle s’éloigne du groupe et découvre une carapace de tortue vide. En regardant à l’intérieur, la jeune fille découvre le salon richement décoré d’une tortue nommée Hicotea. Le vieux reptile explique à Sandy qu’une menace pèse sur l’étang : un monstre avide dévore et aspire les dessins, les souvenirs et les observations de toutes les créatures qui y vivent. La jeune Sandy, n’écoutant que son courage, part affronter le monstre afin de sauver l’écosystème. Cet oiseau vorace déchiquettera même son carnet de notes !

Le scénario repose sur l’imagination fantastique de la jeune Sandy, qui donne vie à un monde imaginaire d’une incroyable richesse, peuplé d’amis fidèles, d’ennemis féroces et de paysages d’une admirable beauté. Si l’histoire est assez classique, Lorena Alvarez Gomez propose un univers très original empreint d’une grande poésie.

Le dessin des Lumières dans la nuit oscille entre le manga et comics tandis que le découpage et le rythme de l’album le rapprochent souvent du livre d’illustration, notamment avec ses nombreuses fresques magnifiques en double-page. Le trait s’avère très beau mais les couleurs chatoyantes et pastel se révèlent encore plus réussies, avec de nombreux contrastes et associations parfaitement maîtrisés.

Ce deuxième tome se tient dans la lignée du premier : poétique, onirique et remarquable !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants