ZOO

Don Juan - T1 : L'abuseur de Séville

couverture de l'album L'abuseur de Séville

Série : Don JuanTome : 1/2Éditeur : Glénat BD

Auteur : Coloriste : Ruby

Collection : La Sagesse des mythes

Genres : Historique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

  • ZOO
    note Zoo3.5

    Scénario

    3.0

    Dessin

    4.0
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

Le synopsis de l'album L'abuseur de Séville

Gare à celles qui croisent la route de Don Juan... Don Juan est un séducteur sans scrupules, toujours en quête d'aventures amoureuses. A Naples, il attire à lui, à l'aide d'un infâme subterfuge, la Duchesse Isabella, promise à Don Octavio, puis s'enfuit vers l'Espagne. Sur sa route, il trompera également la belle Tisbea avec le même aplomb. Comme toujours, il promet le mariage puis laisse derrière lui de jeunes femmes éplorées ! Désormais à Séville, il s'apprête à se jouer de la sorte de Dona Ana, dont son ami Mota est épris. Pendant ce temps, ses agissements scandaleux à Naples obligent son père à le condamner à l'exil. Mais rien ne semble arrêter Don Juan... Manipulateur, orgueilleux, il se moque des conventions et de la morale. La sentence divine ne tardera cependant pas à frapper d'une main vengeresse... De Molière à Richard Strauss, en passant par Mozart, Pouchkine et d'autres, la figure de Don Juan a traversé les siècles. Sous la direction de Luc...

Lire le synopsis

La critique ZOO sur l'album L'abuseur de Séville

Faut-il fuir Don Juan quand on est une jeune et belle femme ? Assurément oui, à la lecture de cette adaptation joliment illustrée (dans l’esprit des canons de la beauté classique) du texte de Tirso de Molina. Le séducteur veut faire le Mal.

Nous ne parlerons pas ici du Don Juan de Molière, même si le dossier de Luc Ferry en fin d’album traite également du sujet, mais de celui de Tirso de Molina, religieux espagnol qui a créé le personnage. Contrairement à celui de Molière qui est un « simple » libertin égoïste, mais sans arrière-pensées néfastes, le Don Juan dont nous suivons le début des aventures dans L’Abuseur de Séville aime faire le mal. Il séduit les femmes pour mieux les souiller et les humilier. Et il n’hésite pas à user des pires stratagèmes pour arriver à ses fins, se faisant passer pour un autre à la faveur de la nuit.

Le scénario de Clotilde Bruneau fait voyager de Naples à Séville, sur les pas du séducteur. Don Juan ne cible pas seulement les femmes de la « bonne société » du XVIIe siècle, il fait succomber au désir une femme du peuple, sur une plage de Tarragone. Le Diable s’attaque donc aux riches comme aux pauvres. C’est sans doute le message que Tirso de Molina veut faire passer ; quelle que soit la couche de la société dont on est issu, le plaisir sexuel en dehors des liens sacrés du mariage ne mène qu’au malheur.

Don Juan, tome 1 - L'Abuseur de Séville

Don Juan, T. 1 - L'Abuseur de Séville © Glénat, 2023

Le lecteur saura faire la part des choses et se concentrera sur la construction du récit, qui demande une attention particulière. La narration manque de fluidité. On appréciera en revanche pleinement le dessin de Diego Oddi, avec des personnages d’une grande beauté (parfois trop : ils se ressemblent un peu), servis par un encrage élégant. La ville de Séville est joliment rendue, citons notamment le Palais de l’Alcazar.

Le premier tome de ce diptyque s’insère dans la collection « La sagesse des mythes, contes et légendes », extension de celle centrée initialement uniquement sur la civilisation grecque. Sans révolutionner le genre, cet album se laisse lire, porté par le graphisme convaincant de Diego Oddi qui a dessiné pour la même collection Orphée et Euridice, Oedipe ainsi que Eros et Psyché.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants