ZOO

Dunk - T1 : Les premiers dribbles (Octobre 2021)

couverture de l'album Les premiers dribbles

Série : DunkTome : 1/1Éditeur : Michel Lafon

Scénario : Yann Graf, Frank Ntilikina, Denis Robert, Denis RobertDessin : Franck Biancarelli, Frank NtilikinaColoriste : Franck Biancarelli

Collection : Ma vie en série

Genres : Aventure, Polar / Thriller

Public : Tout public

Prix : 10.95€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Terre, 2029 : le monde est dominé par les paris, les matchs truqués, la mafia… Un basketteur virtuose, pivot de son équipe, est agressé sur un parking après un match de légende. Pour sauver sa peau, une traversée de l’Europe s’impose à lui alors que, sans qu’il le sache, un homme puissant veille sur lui. Entrez dans un thriller futuriste où, dès le départ, nous savons que rien ne sera facile.

Le scénario nous place dans un futur peut-être un peu trop proche pour rendre crédible l’état du monde qui nous est révélé dès la première page. Cela handicape un peu le début de la lecture mais l’intrigue s’enclenche assez vite et devient rapidement haletante. Une foison de personnages rend la lecture un peu complexe. Cependant les auteurs ont eu la bonne idée de faire un organigramme, façon Largo Winch, pour nous aider à y voir plus clair. Une fois lus les derniers mots, nous sommes un peu assommés par les centaines de questions qui nous assaillent, par l’ensemble des pistes tracées de-ci de-là : une ou deux réponses, même juste ébauchées, auraient été appréciées.

Le dessin, très réussi, donne du dynamisme et soutien le réalisme de l’histoire. Le style est très fidèle à l'idée classique que l'on se fait du traitement de ce genre. Sa clarté est un excellent appui à la lecture et au ressenti des personnages.

Ce premier tome de ce qui est annoncé comme une trilogie est une réussite graphique dont le scénario laisse trop de questions en suspens. Le deuxième tome devra obligatoirement répondre à une partie d’entre elles pour éviter que cette histoire ne soit qu’un brouillard, aussi beau soit-il.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants