ZOO

Enola et les animaux extraordinaires - T5 : Le loup-garou qui faisait d’une pierre deux coups (Février 2019)

couverture de l'album Le loup-garou qui faisait d’une pierre deux coups

Série : Enola et les animaux extraordinairesTome : 5/5Éditeur : Editions de la Gouttière

Scénario : Joris ChamblainDessin : Lucile Thibaudier

Genres : Aventure, Fantastique

Public : Tout public

Prix : 10.70€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

Ce cinquième tome des aventures de la jeune vétérinaire Enola est l’occasion de s’intéresser aux loups-garous. Un album à plusieurs degrés de lecture qui enchantera les enfants.

Une fois n’est pas coutume, Enola n’a pas à soigner un animal surnaturel mais un être humain atteint de lycanthropie. Le jeune Niels est un loup-garou depuis l’âge de cinq ans et ses parents sont contraints de l’enfermer dans une cage remplie de boue pour faire face à ses crises. Le jeune adolescent en éprouve une profonde humiliation. Enola enquête pour trouver une solution. Elle découvre que son maître Archibald ne lui a jamais rien enseigné sur les loups-garous. C’est curieux, Archibald lui cacherait-il des choses ?

Le scénario de cet album apporte un nouveau souffle à la série Enola grâce à des révélations inattendues sur les personnages. L’intrigue assez classique comporte quand même quelques rebondissements qui surprendront le lecteur. Comme souvent dans la série, l’histoire est également l’occasion de faire passer un message de tolérance et de respect de l’autre. Enfin, l’humour est également présent dans l’album, notamment via le personnage du chat Maneki.

Tout en douceur, le dessin de Lucile Thibaudier s’avère à la fois simple et fluide, tout en restant très personnel. Son découpage en gaufrier classique et fluide offre de la liberté aux personnages attachants qui évoluent dans des décors, épurés, élégants et efficaces.

Ce cinquième album ravira les enfants grâce à son humour et à son histoire bien construite. Il leur offrira aussi l’opportunité de réfléchir à la différence et de se projeter dans l’adolescence.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants