ZOO

Finnele - T1 : Le Front d'Alsace (Mai 2014)

couverture de l'album Le Front d'Alsace

Série : FinneleTome : 1/2Éditeur : Delcourt

Scénario : Anne TeufDessin : Anne Teuf

Collection : Encrages

Genres : Aventure, Historique, Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.0

Dessin

4.0

Pas facile de découvrir la guerre quand on n’a que 8 ans... Pourtant la vie continue ! Découvrez celle de Finnele et de sa famille dans ce joli album empreint de tendresse.

La petite Joséphine, surnommée Finnele, vit dans le village alsacien d’Oberaspach. La fillette y a ses repères, entre une mère bien sévère mais un père qui l’adore, un grand frère qui joue les terreurs et une camarade un peu délurée. Quand la guerre éclate, les soutiens se portent naturellement plus volontiers vers l’adversaire, dans une région plus allemande que française.

Rapidement, les bombardements s‘intensifient. Finnele et sa famille sont contraints de fuir et s’installent à Masevaux, au milieu des tirailleurs sénégalais. Une nouvelle vie commence alors pour Finnele. Elle y retrouve sa copine Hilda, apprend le français à l’école, tombe sous le charme du beau Camille... Et affirme encore un peu plus son caractère déjà bien trempé !


En nous plongeant dans la vie de civils qui subissent bien malgré eux les conséquences de la guerre et se retrouvent arrachés à leur culture, Anne Teuf rend hommage à sa propre famille. Partant des quelques éléments historiques en sa possession et y ajoutant beaucoup de fiction, elle raconte cet épisode de l’enfance de sa grand-mère, incarnée par le personnage de Finnele.

Prévue en trois tomes, cette série s’ouvre en nous présentant des personnages attachants et une petite héroïne qui l’est tout autant et qu’on a hâte de voir évoluer ! Issue l’illustration jeunesse, l’auteure fait trancher son trait tout doux avec la violence et la dureté de la situation. En vivant les choses du côté de Finnele, on s’aperçoit que même en temps de guerre les préoccupations d’enfants restent, fort heureusement, des préoccupations d’enfants.

Ce parti-pris rend finalement l’album plus léger et tendre que plombant, malgré le sujet. Joli coup !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants