ZOO

Frnck - T8 : Exode (Avril 2022)

couverture de l'album Exode

Série : FrnckTome : 8/8Éditeur : Dupuis

Scénario : Olivier Bocquet, Brice Cossu

Genres : Aventure, Humour

Public : Tout public

Prix : 11.50€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Un récit d’aventures et d’humour grand public qui plaira également aux amateurs de paradoxes spatio-temporels, entre pionniers de l’informatique des 70’s et univers préhistorique un chouia délirant. Mais touchant aussi.

Ce qui épate quand on ouvre Exode, c’est le brio graphique d’Olivier Bocquet, cette aisance qu’il a à rendre ses planches vivantes, foisonnantes. Tout en ayant un style très lisible, grâce à sa science de la composition et à son encrage joliment travaillé. Une belle synthèse des codes graphiques franco-belges et du manga, qui rappelle celle de Marini à ses débuts (chacun ayant sa propre patte, bien entendu). Faisons aussi mention de la palette de couleurs de Yoann Guillo, pleine de peps, en harmonie avec le dessin.

Le scénario d’Olivier Bocquet est du même tonneau. Pour faire simple, l’activité d’un volcan crée épisodiquement des failles spatio-temporelles pouvant envoyer les humains dans le passé, à l’époque des dinosaures. Franck, un ado orphelin du XXIè siècle, se retrouve projeté dans cet univers peu banal au début du tome 1, et vit depuis des aventures trépidantes. Il est appelé Frnck par des hommes préhistoriques ne sachant pas prononcer les voyelles. Lire des bulles sans voyelles est plus facile que prévu et rappelle le léger effort que doivent faire les lecteurs des albums de Spirou et Fantasio avec Zorgub, quand les bulles sont écrites en Zorglangue (des mots inversés).

Frnck T.8 - Exode

Frnck T.8 - Exode
© Dupuis, 2022

Ce tome 8 nous emmène d’abord dans les 70’s où deux tekos sont incités à inventer le smartphone, afin de permettre à leur mécène de retrouver Franck avant qu’il n’aille plonger dans la préhistoire ; il y a d’ailleurs pas mal de clins d’œil au début du tome 1. Mais Exode se déroule également à l’époque préhistorique où un nouveau péril menace. Quelques séquences d’émotion ponctuent joliment le récit.

L’album offre des paradoxes spatio-temporels un peu comme dans Le maître des montagnes, le tome 15 de Thorgal, ou dans Les enfants de la porte, que l’on peut lire dans le tome 2 de l’Intégrale de la série 421.

Avec un Cliffhanger en fin d’album qui nous fait attendre le nécessaire tome 9 pour la suite...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants