ZOO

Game Over - T14 : Fatal Attraction (Septembre 2016)

couverture de l'album Fatal Attraction

Série : Game OverTome : 14/18Éditeur : Glénat BD

Scénario : Adam, Éric Adam, Benz, MidamDessin : Adam, Benz, Midam

Collection : Mad Fabrik

Genres : Heroic fantasy, Humour

Public : Tout public

Prix : 10.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.0

Dessin

4.0

Game Over, la saga de bandes dessinées dérivée de Kid Paddle, revient dans un quatorzième tome haut en couleurs. Comme toujours, le petit barbare essaie de sauver sa princesse en évitant les Blorks. Des gags grotesques, sanglants, à l’efficacité redoutable.

Dans Fatal attraction, l’avatar des jeux vidéo de Kid Paddle a toujours la même ambition : sauver la petite princesse et rejoindre la sortie (exit) pour passer au niveau supérieur du jeu. Chaque gag est conçu sur cette seule et unique trame : une quête jamais concrétisée tant l’échec colle à la peau du personnage. Le petit bonhomme et/ou sa princesse finissent toujours écrabouillés, découpés, empoisonnés... Une mort trash, pour notre plus grand plaisir.

Game Over T.14

Le scénario de cette BD muette repose sur les gags et de quelle manière le héros va faillir à son projet de secourir la princesse. Rien n’est aussi compliqué que le comique de répétition : faire rire 45 fois (45 pages donc 45 gags) sur le même fil conducteur relève de l’exploit. Qui dure depuis quatorze tomes ! Midam, ici accompagné de Benz, un nouveau scénariste, réussit le tour de force de mettre de nouvelles nuances à chaque fois !

Game Over T.14

Du côté de l’illustration, les couleurs vives rendent parfaitement e monde virtuel du petit barbare. Chaque gag est assorti d’une couleur dominante relative à un monde différent, à l’image des jeux vidéo où à chaque niveau franchi, on change de paysages. Si les seconds plans sont quasiment inexistants, l’expressivité des personnages est, elle, très bien retransmise.

Le petit barbare et sa princesse nous invitent à une bonne tranche de rigolade dans ce nouveau Game Over. On rit de la mort, désacralisée par le comique de répétition. Et on en redemande !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants