ZOO

Homo Politicus - T1 : Homo politicus - Un ministre à Pôle emploi (Août 2020)

couverture de l'album Homo politicus  - Un ministre à Pôle emploi

Série : Homo PoliticusTome : 1/1Éditeur : Fluide Glacial

Scénario : Nena, Hélène Labussière, Thibaut SoulciéDessin : Thibaut Soulcié

Genres : Humour

Prix : 9.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.0

Dessin

4.0

Ministre du travail tout juste viré du gouvernement, Henri-Xavier de Lapègre va devoir se trouver une nouvelle occupation : un sujet idéal pour une amusante satire.

« Mais qu'est-ce que je vais devenir ? Je suis ministre, je ne sais rien faire ! » s’écriait Louis de Funès, dans le film La folie des grandeurs. 50 ans plus tard, Thibaut Soulcié et Nena illustrent à leur façon cette réplique devenue culte, en contant les pérégrinations du ministre Lapègre au sein de Pôle emploi, à la recherche d’un travail. Les offres se font effectivement rares car il est vrai, que quand on a été ministre, on ne sait pas faire grand-chose…

Homo politicus se moque donc gentiment de la classe politique, ou plutôt d’une certaine classe politique, celle qui ne s’est jamais confrontée au monde du travail, celle qui s’est coupée des réalités, celle enfin qui a donné l’impression de se servir avant de servir. On retrouve bien ici le style graphique du dessinateur de presse Thibault Soulcié, souvent très mordant dans ses caricatures. Il y a du rythme aussi dans cet BD, avec une multiplication des gags au fil des pages, qui incite à dévorer ce petit livre d’une traite. Il faut dire que l’histoire a été prépubliée d’abord dans l’hilarant Fluide Glaciale, un signe d’excellence!



Certes les beaux esprits pourront s’offusquer de la critique parfois facile à l’encontre de notre classe politique, certains hurleront même au populisme alors que les auteurs ont surtout gentiment croqué notre époque, dénonçant tout haut, ce que nous pensons souvent tout bas. S’ils exagèrent les travers, n’est-ce pas là, le rôle et l’honneur de la caricature et du dessin d’humour?
Et puis, si comme le dit le proverbe : « qui aime bien, châtie bien », alors il n’y a pas de doute, les auteurs aiment beaucoup les ministres.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants