ZOO

Jeremiah - T35 : Kurdy Malloy et Mama Olga

Partagez et donnez votre avis

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

5 Critiques Presse

note de la critique

Hermann se penche pour la première fois sur la prime jeunesse de Kurdy, le compagnon de route de Jeremiah. Kurdy a l’intention de faire évader une de ses connaissances d’un camp de travaux forcés. Il va pourvoir compter sur l’aide de Mama Olga, qui entend faire fructifier son trafic de drogue par l’entremise de son jeune protégé. Le regard que porte Hermann sur cette société post-apocalyptique s’avère de plus en plus désespérant sur la nature humaine.

note de la critique

Au lendemain de la guerre civile apocalyptique, Kurdy jeune fait la connaissance d’une grosse femme vénale, en marge de participer à un odieux trafic de drogue. Un flashback original et baroque, sur la vie de Kurdy avant Jeremiah.

note de la critique

Un prélude aux aventures, centré sur le célèbre acolyte.

note de la critique

Kurdy veut retrouver son copain Chorizo. Problème, ce dernier est incarcéré dans le camp de « rééducation » de la milice. N’ayant pas trop le choix et sentant la bonne combine, il accepte la proposition de faire la mule pour le compte de Mama Olga. Ce n’est pas très reluisant, mais, au moins, ce petit trafic lui permettra d’entrer dans cette prison en plein air. Reste maintenant à mettre la main sur son pote et à faire en sorte de sortir vivant de l'entreprise. Série emblématique de la longue carrière d’Hermann, Jérémiah entame sa trente-huitième année en presque autant [...]

note de la critique

Grâce à ce tome, les amateurs de la série qui la suivent depuis 35 tomes, découvriront pourtant des choses inédites sur la jeunesse de Kurdy. On apprend par exemple comment sa mule et son casque militaire, ces marqueurs de son personnage, sont devenus siens. L’histoire est plus claire, et plus étoffée que dans certains tomes précédents. On retrouve dès la deuxième de couverture tout le talent d’Hermann qu’il distille ensuite dans l’ouvrage, en particulier dans les cases aux ambiances sombres et nocturnes. Un bon tome d’une série devenue culte.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants