ZOO

Jeremiah - T35 : Kurdy Malloy et Mama Olga (Septembre 2017)

couverture de l'album Kurdy Malloy et Mama Olga

Série : JeremiahTome : 35/37Éditeur : Dupuis

Scénario : HermannDessin : Hermann

Collection : Grand Public

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 12.00€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.0

Dessin

3.0

Hermann se penche pour la première fois sur la prime jeunesse de Kurdy, le compagnon de route de Jeremiah. Kurdy a l’intention de faire évader une de ses connaissances d’un camp de travaux forcés. Il va pourvoir compter sur l’aide de Mama Olga, qui entend faire fructifier son trafic de drogue par l’entremise de son jeune protégé. Le regard que porte Hermann sur cette société post-apocalyptique s’avère de plus en plus désespérant sur la nature humaine.

Ce 35ème tome se déroule donc sans la présence du héros éponyme. En se penchant sur le passé de Kurdy, Hermann tente de redonner un coup de fouet à sa série fétiche. Hélas, le scénario de Kurdy Malloy et Mama Olga n’apportera pas un éclairage bien édifiant quant au passé de Kurdy. Elliptique au point d’en être confus, son script laisse beaucoup de blancs dans l’enchaînement des péripéties et pire, dans la caractérisation des nombreux personnages réduits souvent à de simples silhouettes, toutes malfaisantes.

Pendant longtemps le tandem Jeremiah/Kurdy opposait un côté humain salutaire face à la faune dans laquelle ils évoluaient. On cherchera en vain ici le moindre brin d’humanité dans cette bauge où évoluent l’ensemble des protagonistes de cet album. L’histoire s’achève sur un déchaînement de violence que le dessin se complaît à rendre le plus réaliste possible, ne lésinant pas sur les détails.

Pas de surprise non plus quant à sa facture graphique où l’auteur use de toutes les recettes éprouvées, quitte à négliger les proportions de certains personnages dont les physionomies paraissent de plus en plus stéréotypées. Il est dommage que Jeremiah, série phare durant plus de deux décennies, sombre ainsi dans la redite. Contrairement à Comanche, Hermann n’a visiblement pas su s’arrêter à temps. Après l’ère des joyaux, voici venu le temps du strass.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants