ZOO

John Tanner - T1 : Le captif du peuple des Mille Lacs (Septembre 2019)

couverture de l'album Le captif du peuple des Mille Lacs

Série : John TannerTome : 1/2Éditeur : Glénat BD

Scénario : Christian PerrissinDessin : Boro Pavlovic

Genres : Aventure

Public : À partir de 16 ans

Prix : 18.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.5

Le captif du peuple des Mille Lacs, est le premier tome d’un diptyque consacré à l’histoire vraie de John Tanner, jeune fils de pasteur blanc enlevé par les Indiens au XVIIIe siècle. Un récit incroyable porté par un très beau dessin !

En 1789, John a neuf ans et vient d’arriver avec sa famille dans une petite ferme du Kentucky. Malgré l’interdiction de son père, il échappe à la surveillance de sa belle-mère et va jouer dehors. C’est alors qu’il est kidnappé par deux Indiens de la tribu des Ojibwés. Après une marche épuisante de plusieurs centaines de kilomètres, il est confié à une Indienne afin de remplacer son fils, mort quelques mois auparavant.

John est persécuté par son ravisseur, un géant nommé Manitugeezik, qui saisit le moindre prétexte pour le corriger, surtout lorsqu’il a bu trop de whisky. L’enfant tente de s’échapper mais il est rattrapé par son tortionnaire qui lui assène un coup de tomahawk sur le crâne. Par chance, le jeune garçon survit mais le géant va trouver le pire des moyens pour lui ôter toute raison de s’échapper…

Le scénario repose sur l’histoire vraie de John Tanner, un fils de fermier enlevé par les Indiens en 1789 et qui a vécu trente ans parmi eux avant de réintégrer le monde des Blancs. Malgré quelques libertés, le récit de Christian Perrissin respecte dans les grandes lignes la vie de Tanner. Il montre aussi un monde indien bien loin des clichés des films hollywoodiens.

Le dessin réaliste de Boro Pavlovic transporte directement le lecteur dans l’Amérique du Nord de la fin du XVIIIe siècle. Les grands espaces de la région des Grands Lacs sont magnifiquement représentés avec des couleurs somptueuses.

Ce premier tome épique, intense et flamboyant emporte l’adhésion. Vivement la suite et fin du diptyque.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants