ZOO

Jour J - T18 : Opération Charlemagne (Novembre 2014)

couverture de l'album Opération Charlemagne

Série : Jour JTome : 18/38Éditeur : Delcourt

Scénario : Fred Blanchard, Fred Duval, Jean-Pierre PécauDessin : Maza

Collection : Néopolis

Genres : Historique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

En ce début des années quarante, la France et l’Angleterre sont en guerre. Un groupe de résistants français au gouvernement fasciste de Laval, a rejoint la Grande Bretagne. L’île court un grave danger, car la France possède une nouvelle arme terrifiante. Cette nouvelle uchronie lance une haletante course contre la montre pour arrêter cette nouvelle technologie ravageuse.

Ce tome résonne comme une suite au 14ème opus de Jour J puisque nous retournons dans la France fasciste de Laval en guerre contre la Grande-Bretagne. Nous y retrouvons certains personnages célèbres croisés précédemment, totalement à contre-emploi ! Peut-être y a-t-il quelques ruses scénaristiques là-dessous ?

Le rythme soutenu du scénario de Fred Duval et Jean-Pierre Pécau allie action et tension à chaque page. Il nous embarque rapidement dans la recherche d’informations sur la nouvelle arme de la France, qui pourrait définitivement changer la cours de la guerre. Au fil des pages, nous prenons conscience des conséquences mondiales de l’affrontement des deux plus grands empires coloniaux de l’époque. On peut toutefois regretter parfois une certaine lourdeur dans les réflexions, présentations ou paroles des protagonistes tant les informations délivrées sont denses. Un troisième tome autour de cette époque est d’ores et déjà annoncé : espérons que ce soit le dernier car ce cycle impromptu déstabiliserait à terme cette excellente série de one-shot.

Au dessin, on retrouve Maza qui a aussi participé au quatorzième tome. Ce choix permet de donner une unité à cette trilogie annoncée. Son trait, toujours aussi sûr, met en image cette époque avec une certaine fidélité. Les costumes et les décors immergent totalement dans ces années noires tout en appuyant l’effet historique de cette uchronie.

Cet album de bon niveau charme mais laisse tout de même planer l’inquiétude d’une série dans la série.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants