ZOO

Jour J - T38 : Le Dernier Mousquetaire 1/2

couverture de l'album Le Dernier Mousquetaire 1/2

Série : Jour JTome : 38/38Éditeur : Delcourt

Scénario : Fred Blanchard, Fred Duval, Jean-Pierre PécauDessin : Vladimir Aleksic

Collection : Néopolis

Genres : Fantastique, Historique

Public : Tout public

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.5

Dessin

4.5

Au milieu du XVIIe siècle, la Fronde éclate en France opposant les grands du royaume au roi Louis XIV. Les nobles profitent de la jeunesse de Louis XIV, des difficultés avec l’Espagne, pour tenter de mettre la couronne sous leur contrôle. Si dans la réalité la monarchie ressort renforcée de cette révolte, Jour J part du principe que le jeune Louis XIV a été tué durant les combats et que les seuls défenseurs de la France se retrouvent être d’Artagnan et Mazarin. Une belle uchronie crédible.

Le jeune roi a fui Paris, accompagné par d’Artagnan et quelques soldats pour se replier à Poitiers. Une nuit, lors d’une étape sur la route, le mousquetaire et ses compagnons boivent plus que de raison. A son réveil, d’Artagnan découvre l’impensable : le roi, la reine mère et ses compagnons d’arme ont tous été tués. Seul rescapé de cette attaque de brigands, Philippe, le frère du roi, prostré sous une table.

Premier volume d’un diptyque sur d’Artagnan et plus largement sur la France du XVIIe siècle, ce trente-huitième Jour J s’avère prenant. L’élément qui fait basculer dans l’uchronie est clairement identifiable dans ce tome, ce qui s’était un peu perdu au fil de la série, qui semble renouer avec son ADN avec cet effet scénaristique.

La mort du jeune roi durant la Fronde se révèle crédible, tout comme les conséquences qui en découlent. Au fil de l’intrigue, le lecteur découvre avec un grand plaisir des grands noms de l’Histoire comme Fouquet, Vauban, Vatel... dont le destin a été bouleversé. Dans ce bon décor, l’intrigue de la reconquête du royaume s’épanouit avec aisance.

Le dessin assez dynamique souligne élégamment les costumes et les atmosphères typiques du XVIIe siècle, tout en mouvement.

Le Dernier Mousquetaire n’a rien à envier au roman de Dumas : vivement la suite !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants