ZOO

L'Avocat - T1 : Jeux de loi (Septembre 2015)

couverture de l'album Jeux de loi

Série : L'AvocatTome : 1/3Éditeur : Le Lombard

Scénario : Laurent Galandon, Frank GiroudDessin : Frédéric VolanteColoriste : Christophe Bouchard

Collection : Troisième Vague

Genres : Polar / Thriller

Public : À partir de 12 ans

Prix : 12.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

L'Avocat décrit les défis du grand pénaliste Léopold Sully-Darmon. Un genre de Jacques Vergès, en plus moderne, excité par les dossiers les plus sulfureux et médiatiques : ceux qui présentent un réel enjeu de société. Un scénario et un dessin assez moyens, et un seul objectif, atteint : offrir au lecteur un peu de distraction.

Léopold Sully-Darmon est un brillant avocat pénaliste. « LSD » ou « l'avocat des gueux » comme le surnomment ses confrères, il est le spécialiste des causes perdues, des laissés pour compte. Il s'est fait une spécialité de défendre ceux que la société rejette. Cette fois, c'est pour l'Irakienne Zeinab Zaïdi qu'il se jette dans la bataille. Accusée de crime contre l'humanité, elle serait impliquée dans un des camps de la mort de Saddam Hussein et aurait beaucoup de sang sur les mains... Un nouveau défi pour la célèbre robe noire.


Les scénaristes ne s'en sont jamais cachés : cette série est très librement inspirée de l'avocat Jacques Vergès. Fils d'un tortionnaire camerounais et d'une Française, Léopold Sully-Darmon est un personnage bien construit, un vrai ténor du barreau au passé tourmenté. Mais un héros costaud ne suffit malheureusement pas à supporter seul une série. Les ressorts narratifs sont cousus de fil blanc, même si, dans l'ensemble, ce premier tome offre un moment de lecture distrayant.

Rien d'extraordinaire côté dessin. On retrouve vraiment les codes de ce type de série très grand public, à la manière d'un XIII ou d'un Largo Winch. Des personnages un brin cliché et un poil aseptisé, un décor lisse, rien qui dépasse.

On ne s'attend non plus à une révolution graphique en entamant cette série. Disons donc qu'elle remplit son rôle : faire passer au lecteur un quart d'heure agréable, sans forcément donner envie d'être relue, plus tard.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de L'historien

Tiens Jacques Vergès en BD... ou à s'y méprendre. Scénario sur la défense d'un criminel de guerre pas mal... dessin un peu "jeune".

Posté le 28/10/2015 à 10h10