ZOO

L'Encyclopédie curieuse et bizarre par Billy Brouillard - T1 : Les Fantômes (Avril 2014)

couverture de l'album Les Fantômes

Série : L'Encyclopédie curieuse et bizarre par Billy BrouillardTome : 1/2Éditeur : Soleil

Scénario : Guillaume BiancoDessin : Guillaume Bianco

Collection : Métamorphose

Genres : Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 15.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Le jeune et mystérieux Billy Brouillard revient pour tout nous apprendre sur les fantômes dans une encyclopédie consacrée. Cet album intéressant et ambitieux affiche des influences burtonniennes digérées, mais est parfois bavard et convenu.

Billy Brouillard, petit garçon aux nombreuses aventures déjà publiées dans la série Billy Brouillard ou Les Comptines malfaisantes, a peur des êtres surnaturels. Des fantômes en l’occurrence. Sa petite sœur Jeanne, pas plus courageuse, les entend la nuit. Ils grattent sous son lit, ils ricanent, ils menacent son sommeil. Billy se propose alors de dresser une grande encyclopédie. Car mieux connaître son ennemi, c’est mieux le combattre.

Ce premier tome est très bavard. Les idées sont louables et les thématiques surnaturelles maîtrisées, cependant une certaine lassitude arrive vite et le récit devient dur à lire. La mise en page, plus proche de l’encyclopédie que de la BD, est intéressante mais peu aérée et le propos parfois redondant.

Le graphisme, au parti pris esthétique fort, est fin et beau mais manque parfois de personnalité. Est-ce la lassitude de lire et relire des œuvres trop grandement influencées par Tim Burton sans jamais le renouveler ou en avoir la poésie et l’imagination ? Toujours est-il que si l’album est plaisant, il ne convainc pour autant pas complètement.

En effet, cette encyclopédie, bien que de qualité, s’éparpille et ne renouvelle pas le genre. L’imaginaire ne touche pas car il ne propose rien de nouveau et s’appuie juste sur ce que toute une génération bercée à L’Etrange Noël de M. Jack ou autres Triste Fin du petit enfant huître propose depuis quelques années. L'exploitation d'une esthétique mais sans le génie. C’est joli mais sans plus…

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants