ZOO

L'Escadrille des têtes brûlées - T5 : Vela Lavella + Ex-Libris (Juin 2015)

couverture de l'album Vela Lavella + Ex-Libris

Série : L'Escadrille des têtes brûléesTome : 5/6Éditeur : Zéphyr

Scénario : Pierre VeysDessin : Vincent Jagerschmidt

Genres : -

Public : À partir de 12 ans

Prix : 20.00€

ma collection
ma wishlist
série

Le résumé de l'album (édition Juin 2015)

Les Têtes Brûlées partent en permission à Sydney. À leur retour, les pilotes manquent tous de disparaître : les Japonais, visiblement très bien renseignés, les attaquent juste avant leur arrivée à Munda. Boyington pense qu'un de ses pilotes a été trop bavard avec sa petite amie qui a dû communiquer des informations à l'espionnage japonais. Le contre-amiral Clark propose d'affecter une unité de marines sur un porte-avions pour soutenir les pilotes de la Navy épuisés. Le général Holland Smith pense la même chose. De plus, pour lui, les marines sont plus performants et ont de meilleurs avions. Évidemment, ils pensent tous les deux à l'unité la plus efficace. Boyington annonce donc l'étonnante nouvelle à ses pilotes. A priori, il est quasi impossible de poser un Corsair sur un porte-avions sans casser du bois à cause de l'important rebond, mais l'unité de Greg peut utiliser un tout nouveau modèle de Corsair qui possède un train d'atterrissage amélioré, plus adapté à l'appontage. Les Têtes Brûlées prennent donc leurs quartiers sur un porte-avions de la classe Essex. Mais leurs rapports avec les pilotes de Hellcat sont tendus, ceux-ci n'appréciant pas qu'on vienne marcher sur leurs plates-bandes, même pour les aider. Lors d'une mission, les Têtes Brulées vont repérer un porte-avions japonais dépourvu d'une bonne partie de ses avions et vont l'attaquer victorieusement, permettant aux bombardiers en piqué de faire un maximum de dégâts. Pendant ce temps, les avions japonais du porte-avions japonais trouvent à leur tour le porte-avions américain qu'ils cherchaient. S'ensuit pour Boyington et ses hommes une course contre la montre pour sauver le navire américain.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants