ZOO

L'Homme de l'année - T15 : 1440

couverture de l'album 1440

Série : L'Homme de l'annéeTome : 15/15Éditeur : Delcourt

Scénario : Jean-Pierre PécauDessin : Lajos FarkasColoriste : Jean-Paul Fernandez

Collection : Histoire et Histoires

Genres : Historique, Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Le légendaire Barbe Bleue est né entre autres du célèbre Gilles de Rais, compagnon d’armes de Jeanne d’Arc. Ce noble français richissime, fait Maréchal de France à 25 ans sera arrêté par un envoyé du Pape en 1440 pour sa pédophilie. L’Homme de l’année offre une enquête sur ce personnage tristement célèbre plus complexe et nuancée qu’il y paraît...

En septembre 1440, des enfants disparaissent en Anjou, dans le Poitou et en Bretagne. La population terrorisée commence à se rassurer lorsqu’un chevalier, à la réputation pourtant sulfureuse, est envoyé par le Pape pour mener son enquête. Cependant ce dernier se retrouve vite aux prises avec l’incompréhensible, puisqu’il a vu une femme disparaître sous ses yeux sans laisser la moindre trace.

Le récit de Jean-Pierre Pécau ne s’attarde pas sur l’enquête en elle-même, puisque très vite le chevalier devine que le coupable est le baron du coin, qu’il faudra piéger. Le scénario met un monstre assoiffé de sang et d’orgueil face à un chevalier prêt à tout pour l’avoir, quitte à outrepasser le droit et la morale. Cet album concilie la psychologie des personnages aux enjeux politiques de l’époque, bien amenés. Seule la fin de Gilles de Rais auréolée de magie pourrait décevoir le lecteur avide de réalisme.

Lajos Farkas soigne les décors de ce XVe siècle où sa précision nous transporte efficacement. Les personnages principaux que sont Gilles de Rais et le chevalier Gwen s’imposent immédiatement à la vue, nimbés de leur aura troublante, à la limite de l’antipathie.

En 1440, l’Homme de l’année laisse sur une fable amère où la justice semble aussi dangereuse que le Mal qu’elle combat.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants