ZOO

La bouche d'ombre - T3 : Lucienne 1853 (Février 2017)

couverture de l'album Lucienne 1853

Série : La bouche d'ombreTome : 3/3Éditeur : Casterman

Scénario : Carole MartinezDessin : Maud Begon

Genres : Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 17.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

5.0

Lou vit une nouvelle épreuve bouleversante avec l'accident de Nassim, survenu sur un air de déjà-vu pour la jeune fille... Pour aider son ami, elle puise alors dans ses propres ressources, notamment par le biais de son don de médium. Un récit captivant, à l'image de la thématique ésotérique dominante !

À la fin du tome précédent, Nassim connaît le même sort qu'un proche de l'arrière-grand-mère de Lou, passé sous les roues d'une voiture tirée par des chevaux. L'amour de Lou, renversé par une voiture, est aujourd'hui dans le coma. C'est pour la jeune fille le moment de retourner dans le passé pour y chercher des solutions, notamment auprès de Lucienne, une lavandière voisine de Victor Hugo sur l'île de Jersey. Comme bon nombre d'intellectuels, le célèbre auteur s'est laissé séduire par la toute nouvelle activité à la mode : l'invocation des esprits.

Lou retente l'expérience du voyage dans le temps grâce à son fidèle hypnotiseur, le Docteur Pierre. Le thème du spiritisme, excitant pour le lecteur comme pour les personnages, est poussé à son paroxysme dans ce troisième opus. Et enfin, dépassant le cercle familial, son don incroyable se révèle diablement utile ! Toutefois, le scénario de Carole Martinez prend tellement d'envergure qu'il distance complètement la bande d'amis initiale, aux jeunes figures candides attachantes.

Le dessin de Maud Begon est aussi fougueux et libéré que dans les premiers épisodes. Le trait fin parcourt les cases au gré d'un mouvement fluide et sans entraves, donnant lieu à de superbes planches dynamiques aux compositions variées. La coloration, tantôt profonde tantôt diluée, saupoudre délicatement les tracés expressifs, aboutissant à une iconographie frôlant l'onirisme.

Ce troisième épisode marque une rupture avec les deux précédents. Le scénario prend une distance importante avec les événements initiaux, ce qui déstabilise et apporte son lot de confusion ; pour un résultat un peu moins passionnant, il faut le concéder...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants