ZOO

La Brigade du Rail - T3 : Requiem chez les cheminots + ex-libris (Août 2015)

couverture de l'album Requiem chez les cheminots + ex-libris

Série : La Brigade du RailTome : 3/4Éditeur : Zéphyr

Scénario : Frédéric MarniquetDessin : Olivier Jolivet

Public : À partir de 12 ans

Prix : 20.00€

ma collection
ma wishlist
série

Le résumé de l'album

Tandis que Granville et Pigagniole, les désormais inséparables compères de la police du rail, se rendent à Épernay pour enquêter sur une série de meurtres touchant des cheminots sauvagement assassinés dans les ateliers, l'inspecteur Morel, l'ancien partenaire de Granville à la « Crim » abat Gilles Dourdan, le seul allié qu'il restait à notre héros au 36 quai des Orfèvres. De plus en plus acculé par l'enquête interne de l'IGS, Granville sent l'étau se resserrer autour de lui alors qu'il est accusé à tort pour une bavure qu'il n'a pas commise. Heureusement, Hubert sait qu'il peut compter sur le soutien indéfectible de son nouveau collègue — aussi passionné par l'univers ferroviaire que par la gastronomie — mais aussi et surtout sur celui de son patron, Henri Charrier, qui fut un camarade de combat lors de la bataille du Rail contre l'envahisseur nazi. Une fois débarqué en terre champenoise, notre fameux duo de flics de la SUGE va devoir résoudre une série de meurtres aussi étranges qu'inexplicables. Quel lien peut-il y avoir entre un banal trafic de pièces de cuivre, le meurtre d'un agent de la Surveillance générale et l'assassinat spectaculaire d'un ancien criminel américain retrouvé écrasé sous une locomotive en réparation dans les ateliers...? La réponse ne se trouverait-elle pas dans le tatouage de cette dernière victime qui semble correspondre au numéro de série d'une locomotive Baldwin fabriquée aux USA 12 ans plus tôt et précisément en révision dans les ateliers d'Épernay...? Granville va devoir faire vite et naviguer en eaux troubles car cette double affaire de vols et de meurtres dissimule peut-être encore d'autres noirs secrets...

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants