ZOO

La fortune des Winczlav - T1 : Vanko 1848 (Mars 2021)

couverture de l'album Vanko 1848

Série : La fortune des WinczlavTome : 1/1Éditeur : Dupuis

Scénario : Philippe Berthet, Jean Van HammeColoriste : Meephe

Collection : Grand Public

Genres : Aventure, Historique

Prix : 15.95€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Avec une série de romans, la série best-seller dessinée par Francq et deux adaptations au cinéma assez controversées, on aurait pu croire que Jean Van Hamme avait fait le tour du sujet, eh bien non!

Le sympathique virus de l’écriture démange toujours Jean Van Hamme, même à l’âge d’une retraite bien méritée. Et puisque même le lecteur assidu connaît très mal les conditions de la constitution de l’imposant empire industriel des Winch, voici un préquel en trois parties.

Vanko Winczlav embarque pour le nouveau monde

Vanko Winczlav embarque pour le nouveau monde © Dupuis

Au tout début!

Tout commence donc au Monténégro vers 1840 lorsque le médecin Vanko Winczlav soigne les victimes du régime autoritaire en place. Il se résigne ensuite à un exil aux États-Unis où il arrive fraîchement marié à une jeune Bulgare sans papier au physique et au caractère ingrats et déjà enceinte, mais d’un autre.

Les choses ne s’arrangent pas à leur arrivée à New York. Son diplôme de médecin n’y étant pas reconnu, Vanko accepte un poste d’infirmier. Bonne couturière, son épouse a la chance de rencontrer l’inventeur des célèbres machines à coudre Singer…

Vanko prend le parti de l'insurrection paysanne au Monténégro en 1848

Une mise en lumière de l'exploitation des immigrés aux États-Unis © Dupuis

Rebondissements permanents et ellipses

La chance et le malheur ponctuent la vie de Vanko et de ses deux fils. Pendant que Vanko est transféré de la prison de Sing Sing vers le front, son ex-épouse s’enrichit. Van Hamme ne donne pas une vision idyllique des États-Unis du XIXe siècle. Sans revenir sur les thèmes vus et revus du génocide indien ou de l’esclavage, il adhère en partie aux thèses de l’historien engagé Howard Zinn, notamment sur l’exploitation des immigrés venus du Vieux Continent. Les États-Unis ne sont pas un pays de cocagne: pour un heureux élu qui y fera fortune, par chance ou grâce à ses mérites, combien seront laissés pour compte?

Berthet, un condisciple de Francq à l’Institut Saint-Luc, met en image cette saga avec l’élégance froide habituelle qui caractérise son style. Un effort particulier a été porté à la recherche de documentation réalisée par son épouse, Dominique David.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants