ZOO

La Petite Mort : Retour vers le fémur (Novembre 2017)

couverture de l'album Retour vers le fémur

Série : La Petite MortÉditeur : Delcourt

Scénario : Davy MourierDessin : Davy Mourier

Collection : Humour de rire

Genres : Humour

Public : Tout public

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Mais au fait, comment a bien pu être la première faucheuse ? Amateur d’humour noir devant l’éternelle Yaourtière, Davy Mourier conjugue ses petites morts au passé, remontant jusqu’à la Préhistoire. Humour noir sans sucre, les petites morts préhistoriques vous feront mourir... de rire.

Se sentant un peu seule flottant dans le néant, la divine Yaourtière créa le monde, puis la mort afin de déléguer une partie de son boulot et yaourter à la fraise tranquillement. Seulement la première mort se pose beaucoup de questions, a des visions d’un futur où elle a disparu et va jusqu’à philosopher avec Socrate pour trouver un sens à tout cela.

En termes de blagues sur la mort, Davy Mourier ne manque décidément pas d’imagination. Son cerveau à l’obsession morbide remonte jusqu’aux dinosaures, puis l’Egypte et la Grèce antique pour repenser le monde et le critiquer. Mourier se plaît à nous rappeler que finalement, tout cela finira de la même façon pour tous, avec la fameuse petite faucheuse.

Côté illustration, Mourier se régale en variant les styles. Reprenant les fameuses illustrations de sa petite mort, il la personnalise façon dinosaure et lui fait parcourir l’espace et le temps en changeant le style. Hiéroglyphes égyptiens, copié collé d’une photo de yaourtière à la fraise, pierres tombales à la véracité douteuse, l’humour se déroule de bien des façons, mais à chaque page.

Vous reprendrez bien un peu de petite mort ? Faisant un retour vers le fémur préhistorique, Davy Mourier se régale et nous resserre un peu plus de blagues macabres, jouant avec nos peurs et la fascination morbide que nous partageons tous avec lui. A mourir de rire, on vous dit.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants