ZOO

La Planète des Riches - T2 : La Bourse et la Vie (Juin 2018)

couverture de l'album La Bourse et la Vie

Série : La Planète des RichesTome : 2/2Éditeur : Fluide Glacial

Scénario : Mo/CDMDessin : Mo/CDM

Genres : Humour

Public : À partir de 16 ans

Prix : 10.95€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Cynique à souhait, La Planète des Riches explore le quotidien délirant de milliardaires qui ont choisi de vivre reclus dans l’espace, loin des pauvres. Une satire sociale complètement barrée et jubilatoire !

Diane et Antoine Delatune vivent dans une station spatiale appelée le Club Diamant. Elle est peuplée de milliardaires désireux de vivre les plus éloignés possibles des moins nantis qu’eux. Indécemment riches, ils peuvent ainsi, en toute quiétude, se livrer à leurs extravagances les plus indicibles.

Un mari qui trompe littéralement sa femme avec son argent, des rivalités et des coups bas entre voisins milliardaires pour savoir qui a le plus gros compte en banque, une attaque de syndicalistes représentés comme des extraterrestres difformes et grossiers, des plans pervers pour s’en mettre plein les poches... Tous les travers de la richesse extrême tels que l’orgueil, l’égoïsme, la luxure ont leur place dans la satire de Mo/CDM.

Son univers hilarant par sa stupidité et son exubérance souligne souvent la perfidie que renferme la nature humaine. Ses héros, êtres sans scrupules, sont tellement bêtes et méchants qu’ils en deviennent drôles et attachants à leur insu.

Que ce soit les arrière-plans ou les personnages, l’univers de La Planète des Riches comporte pléthore de détails. Chapeaux, bijoux, fourrures, cigares, lunettes et brushing parent les protagonistes qui vivent dans des décors envahis par la profusion de biens. Le trait fin et caricatural est rehaussé de couleurs explosives, qui soulignent le trop plein de ce Club Diamant.

On ne se lasse pas de se délecter de la farce grinçante qu’est La Planète des Riches...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants