ZOO

La Quête d'Ewilan - T1 : D'un monde à l'autre (Octobre 2013)

couverture de l'album D'un monde à l'autre

Série : La Quête d'EwilanTome : 1/7Éditeur : Glénat BD

Scénario : Pierre Bottero, LylianDessin : Laurence BaldettiColoriste : Loïc Chevallier

Collection : Grafica

Genres : Aventure, Fantastique, Heroic fantasy

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

La Quête d’Ewilan est l’adaptation en bande dessinée du roman fantasy à succès de Pierre Bottero dans lequel Camille voyage sans le vouloir entre deux univers. Le premier tome, D’un Monde à l’autre, respecte le roman et laisse présager une trilogie tout aussi palpitante.

Camille est une jeune adolescente de 13 ans. Sa vie aux couleurs ternes où elle va à l’école et habite avec des parents froids et distants s’illumine soudain. Téléportée dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim, elle affronte des créatures monstrueuses qui l’appellent Ewilan et se découvre le don du Dessin, arme puissante. Et si ce monde parallèle comptait sur elle pour le sauver ?

Bien qu’elle repose sur des ficelles fantasy pour un public adolescent, La Quête d’Ewilan est captivante. Le récit est enlevé, coloré. L’univers peint est fouillé. Sa richesse évoque de façon très plaisante des romans du genre à la fantaisie raffinée, comme Le Disque-Monde. Les dialogues sont imaginatifs et touchants. Le don du Dessin, jolie trouvaille s’il en est, est valorisé par l’adaptation.

Ce don permet de mêler réalité et univers fantastique. Il en résulte une impression troublante pour le lecteur. D’un côté, le parti pris semi-réaliste du graphisme est convaincant. Il offre de beaux personnages, aux personnalités graphiques marquées. De l’autre, le trait, fin et esthétique, apporte de la légèreté et souligne la poésie du récit. Cette poésie est accrue grâce aux couleurs douces et aux ambiances variées.

D’un Monde à l’autre est une jolie surprise. Il remporte aisément le pari de l’adaptation, ce qui est suffisamment rare pour être souligné. Entre rêve et réalité, il permet aisément de s’évader.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants