ZOO

La Vie compliquée de Léa Olivier - T1 : Perdue (Avril 2017)

couverture de l'album Perdue

Série : La Vie compliquée de Léa OlivierTome : 1/6Éditeur : Kennes Éditions

Scénario : Catherine Girard-Audet, AlcanteDessin : Ludo Borecki

Collection : Pocket jeunesse

Genres : Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 3.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.5

Dessin

3.0

Le premier tome, Perdue, débute en BD La Vie compliquée de Léa Olivier. Les éditions Kennes en proposent une adaptation fraîche et distrayante d’une série de romans à succès pour adolescentes au Québec. Cette bonne idée manque seulement un peu d’originalité...

Léa, 14 ans, doit déménager à Montréal ! Ce qui veut dire quitter sa meilleure amie Marilou et son chum Thomas, s’adapter à une nouvelle école, faire de nouvelles rencontres, de nouveaux amis mais aussi de nouvelles ennemies. Tout ça ne serait rien si elle ne sentait pas son petit ami s’éloigner peu à peu et si elle ne devait pas supporter la comparaison avec son frère Félix le populaire. Heureusement qu’il lui reste Internet pour tout raconter à Marilou.

L’adaptation en BD est agréable, elle respecte les temps forts et reste fluide. L’histoire pose le problème de l’adaptation et du changement : à un nouvel environnement, à de nouvelles sensations comme les chagrins d’amour, etc. La présence des réseaux sociaux, bien rendue, permet de camper le portrait d’une ado moderne. Pourtant la jeune héroïne, limite obsessionnelle, agace par son manque d’indépendance et sa mièvrerie dès lors qu’il s’agit des garçons.

En outre, l’histoire manque d’originalité et semble vue et revue dans d’autres succès littéraires du genre, la fantaisie en moins par rapport à Aurélie Laflamme par exemple. Le dessin à la ligne claire séduisant reste le point fort du récit. Les ambiances sont justement rendues grâce à des décors qui permettent de découvrir avec l’héroïne toute une nouvelle ville.

Ce premier album agréable à lire ne convainc pas encore totalement en raison d’un scénario convenu et d’une héroïne agaçante. Il présente un personnage féminin fade et dépendant, ce qui est dommage pour une BD qui se destine principalement aux adolescentes. Cependant, la fin de l’aventure permet d’espérer un développement de l’intrigue et de la personnalité de Léa plus satisfaisants.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants