ZOO

La Ville d'Ys - T1 : La Folie Gradlon (Juin 2013)

couverture de l'album La Folie Gradlon

Série : La Ville d'YsTome : 1/2Éditeur : Dargaud

Scénario : RodolpheDessin : Raquel AlzateColoriste : Raquel Alzate

Genres : Aventure, Heroic fantasy

Public : À partir de 12 ans

Prix : 13.99€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Le roi Gradlon reste invaincu sur terre comme sur mer, jusqu'au jour où sa route croise l'île d'Ys. Cette alléchante relecture de l'histoire de la ville d'Ys promet bien plus qu'elle ne donne...

Gradlon mène des batailles navales et côtières avec une soif jamais étanchée. Avec son armée, il les gagne sans cesse jusqu'au jour, où il approche d'une île, siège d'une ville fortifiée. Tout semble endormi et peu défendu, la proie est facile... du moins en apparence. Après de multiples assauts et des pertes importantes la cité tient toujours. Les hommes, lassés, finissent par abandonner leur roi sur cette île. Une apparition, un envoûtement, un meurtre... et l’aventure commence.

Une nouvelle légende celtique mise en BD : le filon semble inépuisable. Cependant toutes les relectures de la mythologie celtique ne se valent pas. Ici, le scénario traine en longueur. On s'ennuie même car l'ensemble de l'album ne traite que d'une petite partie de la légende d'Ys. De plus, le conte n'est pas totalement respecté : exit le cheval magique par exemple, alors que c'est un des éléments que l'on retrouve dans de nombreuses versions. Que Gradlon revienne en ces terres particulières est aussi loin de ce qui est majoritairement admis : l'édification d'Ys sur ordre du roi lui-même. Tout cela donne comme une impression de léger ratage, alors que cette histoire a une importante matière première.

La vraie bonne surprise vient du graphisme. Le trait sait à la fois être précis au centre et flou sur le reste de la case. Une forte impression de vie et de mouvement se dégage de ce choix particulier. Nous plongeons ainsi dans un rêve légendaire. Des couleurs sont sombres façon peinture et pourtant quelque part se trouve toujours une certaine lumière. Ce dessin rattrape très largement les faiblesses scénaristiques.

Un premier tome qui puise sa valeur uniquement dans le dessin... on espère que le second album saura réunir le meilleur de chaque composante !

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants