ZOO

Le mur - T1 : Homo Homini Lupus (Janvier 2020)

couverture de l'album Homo Homini Lupus

Série : Le murTome : 1/2Éditeur : Glénat BD

Scénario : Mario Alberti, Antoine CharreyronDessin : Mario Alberti

Collection : 24x32

Genres : Science-Fiction

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

La civilisation s’est effondrée. Les cadres n’existent plus et l’humanité vit de pillage, de trafic dans les ruines, de bidouille en tout genre. Le jeune Solal, mécanicien, s’occupe de sa sœur malade. Quand les médicaments viennent à manquer, il décide de partir vers le mur qui protège ce qui reste de la société d’autrefois. Son aventure dévoile un futur apocalyptique aux airs de Mad Max.

Solal et sa jeune sœur parcours les ruines d’une ancienne cité à la recherche de pièces détachées et d’un endroit protégé pour passer la nuit. Il tombe sur un vieux, pas commode, dont la camionnette est en panne. Contre un moment de répit et la protection pour la nuit, Solal lui propose de réparer le véhicule. Pendant la discussion, le vieil homme pète les plombs quand le mécano aborde le projet de passer le mur mais... une attaque de chiens sauvages met un terme à l’échange.

Le scénario au rythme effréné semble s’accélérer un peu plus à chaque page. Pas un instant de pause pour les héros ni les lecteurs. Cette course effrénée un peu dommageable car l’atmosphère et la société de cette fin du monde sont si palpables qu’elles auraient méritées que l’on s’y arrête davantage. Le reste de l’intrigue, classique du genre, s’avère parfaitement maîtrisé... La fin de l’album apporte la surprise nécessaire pour faire sortir cette série du lot et nous accrocher définitivement.

Le dessin aux traits acérés densifie l’atmosphère qui règne dans ce type de dystopie. La Méditerranée est devenue un désert, tandis que les ruines et les bolides font leur effet. Seule ombre au tableau, le manque de clarté des scènes de combat.

Homo Homini Lupus ouvre en trombe une série qui sait allier futur apocalyptique classique et coup de théâtre bienvenu.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants