ZOO

Le musée insolite de Limul Goma - T1 : Hautes œuvres (Octobre 2013)

couverture de l'album Hautes œuvres

Série : Le musée insolite de Limul GomaTome : 1/2Éditeur : La Boîte à Bulles

Scénario : Simon HureauDessin : Simon HureauColoriste : Lucie Firoud

Genres : Documentaire BD, Historique, Humour

Public : À partir de 16 ans

Prix : 13.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Paris, 1757. Charles-Henri Sanson, exécuteur des hautes œuvres, le joli mot pour dire bourreau, est effondré. L’exécution de Damiens, qui avait tenté de tuer le roi Louis XV, l'a traumatisé. Son histoire est développée dans cet album décalé où l’horreur côtoie l’humour.



Pauvre Sanson ! Il nous fait de la peine ce jeune bourreau qui se heurte à un supplicié qui reste en vie, malgré la roue, le souffre, les tenailles, le plomb fondu, l’écartèlement et le feu. De quoi vous dégouter à jamais de faire ce beau métier de responsable des hautes œuvres ! Heureusement, Simon Hureau nous raconte ce supplice, l’un des supplices les plus terribles que Paris ait réellement connu, avec un décalage permanent. C'est à cause de cet après-midi d'horreur que Louis XV perdit d'ailleurs son surnom de bien-aimé.

Cet album nous prouve que l’on peut rire de tout et de bien belle façon mais n'oublie pas de dénoncer cette foule venue en masse assister au spectacle. La violence, l’injustice, le voyeurisme malsain, l’incompétence, la couardise et bien sûr le libertinage : tout y est, pour notre plus grand plaisir. Se promenant au milieu de tout ça, le personnage de Limul Goma, collectionneur fou, est absolument génial.

Le trait simple et les couleurs juste posées sur sur les cases, laissent toute la place aux dialogues jubilatoires. La colorisation de cet album initialement en noir et blanc n'entame en rien sa truculence. On y reconnait toujours un bijou d’humour décalé sur l’histoire vraie du supplice de Damiens accusé de régicide.

L'ensemble est d’autant plus jubilatoire qu'on sait que le bourreau Sanson sera, lui, un véritable régicide car il guillotinera Louis XVI et Marie-Antoinette quelques années plus tard...

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de L'historien

Si le propos n'est pas joyeux, celui d'un bourreau du XVIIème siècle qui raconte quelques unes de ses sordides exécutions, le dessin est d'une grande beauté.

Posté le 01/11/2013 à 16h46