ZOO

Les Aventures de Lucky Luke d'après Morris - T8 : Un cow-boy à Paris

Partagez et donnez votre avis

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

5 Critiques Presse

note de la critique

Un bien curieux convoi transportant un bras immense qui brandit une torche est assiégé par les Indiens alors que Lucky Luke vient de coffrer une nouvelle fois les Dalton en cavale. Non, Averell, ce n’est pas une glace géante, c’est le bras de la future statue de la liberté. Son génial sculpteur français, Auguste Bartholdi, parcourt l’Ouest en vue de collecter des fonds pour achever son chef-d’œuvre. Après La terre promise, Jul signe à nouveau un scénario très inspiré, dans la lignée des meilleurs albums imaginés par René Goscinny.

note de la critique

Lucky Luke à Paris, c’est une fête avec Jul et Achdé

C’est fait. Lucky Luke, comme annoncé en août dernier, est à Paris. Il doit protéger le voyage de la statue de la Liberté vers New-York où elle sera érigée sur une île en face de Manhattan. Ce qui n’est pas pour plaire à un malfaisant qui voudrait y voir installer un pénitencier. Jul a décidé de franchir, non pas le Rubicon mais l’Atlantique, une première pour le cow-boy solitaire et Jolly Jumper qui va découvrir que les Français adorent les chevaux, en steak de préférence. Jul a trouvé le bon pitch, avec un humour à la hauteur de ces nouvelles aventures [...]

note de la critique

Lucky Luke traverse pour la première fois l’Atlantique, afin de protéger, à Paris, la construction de la statue de la liberté. Une idée d’aventure extra, surprenante quoique respectueuse du « ton » Lucky Luke.

note de la critique

Lucky Luke, comme les couleurs de ses vêtements l’indique, le plus Belge des cowboys américains, quitte le Far West pour la capitale des Gaules, afin de convoyer Lady Liberty et ses dessous d’acier, avec son créateur colmarien Bartholdi. Une aventure française parsemée d’embûches et de bons mots sur un dessin respectant sur le fond et la forme le créateur du personnage, Maurice. Oui, bon, si on peut se permettre Joli Jean-Pierre, on peut rendre à Morris son prénom. Après un long périple d’Europe aux USA, tout est bien qui finit bien, sans tweet malvenu, malgré [...]

note de la critique

Alors qu’il reconduit, pour la énième fois, les Dalton au pénitencier, Lucky Luke fait la rencontre d’une main gigantesque portant un flambeau, posée sur un chariot et entourée par des indiens. Les esprits apaisés, le propriétaire de l’objet, Auguste Bartholdi, explique qu’il s’agit d’une infime partie d’une statue de quatre-vingt-treize mètres de hauteur, destinée à être installée à l’entrée de New-York, pour symboliser l’amitié franco-américaine. Mais l’emplacement est également convoité par un certain Abraham Locker, [...]

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants