ZOO

Les Chevaliers du Ciel Tanguy et Laverdure - T7 : Le sabre du désert

couverture de l'album Le sabre du désert

Série : Les Chevaliers du Ciel Tanguy et LaverdureTome : 7/7Éditeur : Dargaud

Scénario : Patrice Buendia, Frédéric ZumbiehlDessin : Sébastien Philippe

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 12.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Tanguy et Laverdure se retrouvent au Dahman depuis le tome précédent. Une dispute entre le duo mythique s’invite dans la mission toujours scénarisée par Buendia-Zumbiehl et illustrée par Philippe. Ce septième tome conclut intelligemment les aventures du Moyen-Orient.

Tanguy et Laverdure ont été envoyés au Dahman, menacé par un pays voisin qui soutient le terrorisme islamique. Leur mission est compliquée par une brouille entre eux, Laverdure reprochant à son ami de faire preuve d’autoritarisme. Comme si la situation n’était pas suffisamment délicate, l’avion de Laverdure s’écrase dans le désert. Heureusement, le pilote indemne sera recueilli par des bédouins, dirigés par une femme. Laverdure va devoir réviser son jugement sur la gent féminine...

Le scénario accorde une large part aux combats aériens, pour le plus grand bonheur des amateurs de la série, mais aussi à l’action de manière générale : fusillades, cascades en voiture, etc. À noter que les personnages féminins jouent un rôle décisif dans cet album. Enfin, Laverdure occupe pour une fois le devant de la scène, l’éternel faire-valoir ravit enfin la lumière à Tanguy le bellâtre.

Très à l’aise avec les scènes aériennes, Sébastien Philippe privilégie les actions spectaculaires. Son dessin se révèle très sûr même si certains personnages sont parfois représentés de manière un peu raide. Comme dans le premier volet de cette aventure, un petit reportage photo de sept pages clôt agréablement l’album.

Cet album solide fera le bonheur des afficionados de la série, terminant en beauté le diptyque commencé dans Les Diamants de sable.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants