ZOO

Les chroniques d'Under York - T1

couverture de l'album

Série : Les chroniques d'Under YorkTome : 1/1Éditeur : Glénat BD

Scénario : Sylvain RunbergDessin : Mirka Andolfo

Genres : Heroic fantasy

Public : Tout public

Prix : 16.90€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Alison Walker, jeune artiste new-yorkaise, voit son rêve se réaliser quand sa peinture est remarquée par une galeriste en vue qui l'expose. Mais Alison a un secret : originaire de l'Under York, une ville sous la ville, elle est aussi sorcière. Et son passé pourrait bien la rattraper. Un début de série efficace et accrocheur.

À dix-neuf ans, Alison partage sa vie entre la peinture et son job de vendeuse de hamburgers, et cache un secret. Elle est issue d'un clan de sorciers vaudous vivant dans les tréfonds d'Under York, une cité souterraine régie par la magie et qu'elle a fui pour réaliser ses rêves d'artiste. Sa carrière démarre lorsqu'elle est exposée dans une galerie chic, mais le retour inopiné de la sorcellerie dans son existence va la contraindre à faire face à son héritage.

Surfant sur la vague de popularité des sorcières, ce début de série destinée à un public jeune adulte nous offre une œuvre de fantasy urbaine attractive. La bande dessinée exploite des ressorts classiques mais efficaces du genre et met à l’honneur des personnages non blancs, loin des Sabrina aux cheveux blonds. L’Under-York, avec ses sorciers issus principalement de minorités, acquiert ainsi une dimension sociale, derrière ses attraits mystérieux.

L'intrigue s’accompagne d’un dessin très dynamique et un découpage qui s'emballe dans les scènes d'action. Les influences du comics sont bien présentes et les couleurs profondes donnent à l'ensemble une tonalité magique captivante. Les passages de journal intime convainquent moins car leur longueur coupe l’intrigue et casse son rythme.

Un premier volume très sympathique, avec de la magie, des pentacles, des malédictions et des personnages en quête de leur propre destin.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants