ZOO

Les Nouvelles enquêtes de Ric Hochet - T5 : Commissaire Griot (Avril 2021)

couverture de l'album Commissaire Griot

Série : Les Nouvelles enquêtes de Ric HochetTome : 5/5Éditeur : Le Lombard

Scénario : ZidrouDessin : Simon Van Liemt

Genres : Polar / Thriller

Public : À partir de 12 ans

Prix : 12.45€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Ric Hochet est de retour pour notre plus grand plaisir, dynamisé voire dynamité par les repreneurs de la série, dans une aventure plutôt sanglante avec cette fois un commissaire Bourdon remplacé par le commissaire Dior, Sénégalais.

78+5 = 83. Oui, Commissaire Griot est la 83ème aventure de Ric Hochet. Lequel, depuis sa création par Tibet et A.P Duchâteau, il y a une soixantaine d’années, n’a pas pris une ride. Jeunesse éternelle très explicable, car cette histoire se situe en 1970 (même si on a plutôt l’impression d’être au début des 60’s, tant le look des protagonistes reste sage), à la faveur du 5ème tome de la reprise de la série par Simon Van Liemt et Zidrou, scénariste également repreneur des séries Clifton et Léonard.

Pas de repos pour Ric Hochet dans ce 83e Tome

Pas de repos pour Ric Hochet dans ce 83e Tome © Le Lombard

Dans ces nouvelles enquêtes de Ric Hochet, Nadine est maintenant la concubine officielle du journaliste, et non plus son prude flirt d’autrefois. Elle se révèle souvent bien plus dégourdie que notre héros et s’émancipe, un brin féministe. Et exit le Commissaire Bourdon, ou presque : il est parti au Sénégal dans le cadre d’un échange, pendant que le commissaire Dior, haut en couleur (sans mauvais jeu de mots), le remplace le temps d’une enquête sur les traces d’un serial killer, « Cupidon », aux mises en scène macabres. Les victimes sont retrouvées avec soit une lettre d’amour plantée dans le cœur avec un couteau, soit le cœur sur la main, au sens littéral, arraché. Mais est-ce bien une seule affaire ?


Zidrou s’amuse à nous entraîner, et même à nous perdre parfois un peu, dans les méandres de cette énigme, jusqu’aux frontières du fantastique, en « jouant » sur le fait que le commissaire Dior surprend des protagonistes peu habitués à voir un policier noir en 1970. Et Van Liemt nous offre un dessin dans l’esprit du Tibet des années 60, soigné, dépaysant par ce saut dans le temps un poil nostalgique.

Un récit au parfum vintage tout en apportant une certaine modernité, un peu plus mordante. Si vous ne l’avez déjà fait, lisez aussi le vraiment savoureux tome 1 de cette reprise, RIP, Ric ! Vous y découvrirez (ainsi que Nadine) quelques surprises qui valent le détour…

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants