ZOO

Lieutenant Blueberry : Amertume Apache - T1 (Décembre 2019)

couverture de l'album

Série : Lieutenant Blueberry : Amertume ApacheTome : 1/1Éditeur : Dargaud

Scénario : Christophe Blain, Joann SfarDessin : Christophe Blain

Genres : Aventure, Polar / Thriller

Public : À partir de 16 ans

Prix : 14.99€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Lieutenant Blueberry, Amertume apache est signé par deux « monstres sacrés » du 9e art, Christophe Blain et Joann Sfar. Blain y a apporté son talent graphique transcendé. Sfar a mis à la disposition de son ami Blain son don de l’écriture tout en se souvenant de Charlier. Et de Giraud, bien sûr, dont les deux auteurs sont les enfants naturels.

Comment Joann Sfar et Blain se sont-ils retrouvés embarqués dans ce projet ? « On a eu un rapport très particulier à Jean Giraud » se souvient Sfar. « Il a été un maître pour nous à des moments divers. Giraud a été un peu le parrain du Chat du Rabbin dont il a fait une préface et il avait proposé à Christophe [Blain] de lui écrire un Blueberry. Ce projet n’a jamais abouti, comme le projet de Corto Maltese sur lequel j’avais travaillé. Il y avait donc une porte ouverte pour que nous réalisions ensemble quelque chose sur une icône de la BD et Philippe Ostermann de Dargaud nous a contactés. Il nous a proposé de réfléchir à ce qu’on aurait à dire sur Blueberry. » Et voilà, le tour est joué.

Enfin presque. Car il faut maintenant accoucher du bébé Blueberry et que les deux parents soient en phase. On ne touche pas facilement à un mythe : « Ça a été compliqué » avoue Sfar. « Les ayants-droits nous ont laissé une grande liberté. Je me suis mis à écrire comme je le fais d’habitude. J’ai livré à Christophe le premier album. Il l’a lu, me l’a rendu en me disant que cela n’allait pas du tout, que c’était du Joann Sfar. Cela devait être plus classique, plus iconique. J’ai tout réécrit. Il m’a dit “c’est mieux mais écris-moi aussi le deuxième album. On est sur un diptyque.” Je l’ai fait. Il a pris le tout et m’a dit alors : “autorise-moi à changer tout ce que je veux” ». Pas évident mais Sfar et Blain sont très proches. Ce qui fait justement leur force quand on passe l’album au crible.

Plus cinématographique

Après une tentative de viol, deux Indiennes sont abattues par la sœur des cow-boys agresseurs. Blueberry, stationné dans le fort voisin, passait par là. Il ne peut rien faire. Commence alors pour le lieutenant une mission diplomatique dans la tribu des victimes dont il connait le chef, Amertume. Les Indiens vont pister les coupables tandis que Blueberry et sa patrouille reçoivent pour mission de les capturer, vivants si possible.

Sfar précise qu’il a « amené les personnages et une dramaturgie presque théâtrale. Christophe l’a rendue plus cinématographique. Il a repris et développé les scènes de façon western. ». Cinéma, le mot est lâché. Blain connaît Blueberry par cœur comme le western sur grand écran. « Giraud a fait évoluer Blueberry avec l’histoire du western » rappelle Sfar. « Il est passé de John Ford à Leone. Christophe a voulu, je crois, en rendre compte ». Jusqu’à inviter des acteurs pour les personnages secondaires. Bardot, Claudia Cardinale et même Charles Denner sont au générique.

Ni trahison, ni copie

Du souffle, des cadrages puissants, des scènes et des personnages en prise directe avec l’action, Blain et Sfar ont créé leur Blueberry avec des scènes époustouflantes, sans trahison ni pour autant signer de copie conforme. « Christophe n’avait jamais travaillé de cette façon. Chez d’autres dessinateurs de western, ce qui m’agace c’est le second degré. Christophe est dans le vrai. On parlera du dessin de Jean Giraud et c’est légitime, mais dans celui de Christophe je retrouve aussi du Jijé. Je suis fasciné et intimidé par cet album. » Un Sfar enthousiaste qui vante dans son aventure le profil d’un Blueberry meneur d’homme, pas provocateur. Il y voit même un récit de fraternité.

Ce Lieutenant Blueberry a été une longue marche pour Blain et Sfar. Une grande joie aussi, une réussite travaillée au corps. Le cavalier perdu a retrouvé une seconde jeunesse, un Blueberry d’aujourd’hui : comme le dit Sfar « ce Blueberry est un message envoyé à de nombreuses générations et chacune peut s’en emparer ».

Article publié dans le magazine Zoo n°74 (Novembre-Décembre)

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (2)

ooo

Posté le 11/12/2019 à 17h51

Finalement, il s'avère que Christophe Blain a été quasiment adoubé par maître Gir pour illustrer une aventure de Blueberry. Il a eu la sagesse de ne pas chercher à l'imiter et faire preuve d'une certaine originalité dans son graphisme. Tout le monde semble avoir reconnu quelques figures du grand écran tels Charles Denner, Woody Strode, Brigitte Bardot et Claudia Cardinale. Tout le monde cite Il était une fois dans l'Ouest alors que la belle Claudia avait un rôle autrement plus mémorable dans Les professionnels de Richard Brooks. Ainsi que Woody Strode d'ailleurs. Manque tout de même à l'appel Richard Harris dont Blain a emprunté les traits pour le personnage de Benjamin Tyreen, le commandant du fort et qui s'appelait Benjamin Tyreen dans Major Dundee, le chef-d'oeuvre de Sam Peckinpah, film qui fut mutilé par ses producteurs.
Johann Sfar n'a, par contre, pas été investi dans cette aventure par Jean-Michel Charlier, et pour cause ! Son scénario s'avère plutôt quelconque et ne profitera que de l'immense réputation de la série pour se vendre plus facilement. Et dire que Philippe Charlier n'avait pas voulu cautionner le projet Blueberry 1900 que Giraud avait imaginé pour Boucq !

Posté le 11/12/2019 à 17h50